mis à jour le

Revue de presse. Aïd el Kébir : La vente de moutons

 

mouton

 

 

Lu sur APS
ALGER- La vente des moutons de l'Aïd El-Adha semble se faire de manière moins anarchique cette année à Alger. Néanmoins, elle demeure souvent non soumise à une autorisation ou un contrôle de la part des autorités locales.
Habitués depuis quelques années à une vente anarchique des moutons à l'occasion de l'Aïd El-Adha avec la prolifération des revendeurs qui squattent de manière hasardeuse les espaces, de nombreux habitants de la capitale ont relevé cette année, une réduction de ce phénomène à la veille de cette fête. "D'habitude, nous rencontrons plus fréquemment les maquignons avec leurs troupeaux qui pâturent un peu partout, donnant un aspect encore plus sale à la capitale !", fulmine une mère de famille qui se félicite de la quasi disparition de ce comportement "passager" mais non sans "désagréments". Le constat est cependant différemment apprécié par d'autres citoyens dans certains quartiers à l'instar d'El-Harrach, Bab-Ezzouar, Ain-Benian et Kouba où une présence tout aussi "désordonnée" des ovins que durant les années précédentes est constatée. Mais le plus "inquiétant" est que cette activité improvisée se fait sans "la moindre autorisation" ou "contrôle", relèvent certains qui ne manquent d'imputer précisément la hausse des prix pratiqués à cet état de fait. Entouré d'un troupeau d'environ une vingtaine de moutons, un vieux maquignon expecte les potentiels clients en quête d'une "bonne affaire" qui leur permettraient d'accomplir, sans se ruiner, le rite du sacrifice qui caractérise l'Aïd El Adha. Le sexagénaire, de "Kéchabia" vêtu, et, visiblement, originaire de l'intérieur du pays, a choisi comme lieu de pâturage une parcelle de terrain au bord d'un des axes du "Ravin de la femme sauvage" (les Sources), de sorte à être visible par les automobilistes qui l'emprunte. Lorsqu'il est interrogé sur son activité, il refuse fermement de coopérer. Il en sera autrement avec un jeune vendeur ayant "installé" son troupeau dans une discrète ruelle au quartier d'El-Madania (ex-Salembier), lequel se montre plus coopératif et plus prolixe. "Je revends des moutons depuis cinq ans pour arrondir mes fins de mois. Avec la cherté de la vie, il faut savoir saisir les occasions pour mieux s'en sortir", tente d'argumenter Mohamed. B, vendeur de légumes et fruits au marché u même quartier. Il loue pour ce faire, un garage appartenant à un particulier monnayant la somme de 50.000 DA pour une période de 15 jours et reconnaît que cette activité occasionnelle n'est soumise à aucun contrôle. "Je suis ici depuis une semaine et personne n'est passé pour vérifier quoi que ce soit. Tout le monde vend n'importe où et n'importe comment !", déclare-t-il, non sans avouer que ce "laisser-aller" arrange bien ses affaires. A ses côtés, se tient Abdelkader, le fournisseur du cheptel originaire de Messâad à Djelfa (300 km d'Alger), une des wilayas les plus pourvoyeuses en ovins et réputées pour la qualité de ses viandes rouges. Les prix proposés oscillent entre 34.000 DA et 60.000 DA, selon qu'il s'agisse d'un agneau ou d'un mouton. Lorsqu'un acheteur potentiel marchande pour tenter de baisser l'offre, l'éleveur et le revendeur joignent leurs voix pour justifier leur tarif en évoquant notamment le coût du transport et les "dangers" qui peuvent parfois survenir durant le trajet. "Il arrive que nous ne gagnions pas grand chose dans l'affaire, parfois pas plus que la modique somme de 1000 ou 1500 DA. Dans le meilleur des cas, on s'en sort avec 10.000 DA de gains. Si j'ai encore des bêtes une fois l'Aïd passé, je serais contraint de les revendre pour la moitié de leur prix" , intervient le propriétaire des ovins. Depuis une semaine, il a réussi à "liquider" une dizaine de moutons et d'agneaux et espère écouler la vingtaine qui lui reste sous huitaine pour "ne pas être perdant". Inutile de chercher à connaître le montant du gain engrangé de la transaction, la question relevant quasiment du "tabou" et de "l'intime". De chômeur à...maquignon A Diar El-Mahçoul, la cité réputée populaire d'El-Madania, l'entrée d'un carré d'immeuble a été reconvertie en un vaste pâturage où gambadent allégrement des moutons que des bambins ne semblent pas vouloir quitter d'une foulée tant ils font leur joie et distraction. Les familles ayant acquis les plus grosses bêtes ont l'air de les exhiber plus fièrement et s'amusent, pour certains, à les parer de teinture ou de henné. Dans un espace emménagé pour le foin, trois bêtes font des aller-retour comme pour se "dégourdir" les pattes. Il ne s'agit point du bien familial destiné au sacrifice mais de l'objet d'une vente qui sera appelée à nouveau à être marchandée par l'intermédiaire d'une "2ème main". Deux frères accompagnés de deux autres voisins ont effectué le déplacement jusqu'à M'Sila à bord d'une camionnette qui sera chargée des bêtes au retour, lesquelles seront revendues dans leur quartier. Le "meneur" de la bande, Mourad, la trentaine et chômeur de son état, précise que ce travail occasionnel lui permet de faire un peu d'argent, ce qui est de loin "préférable" à la "tentation du vol", juge-t-il. Comme tous les autres revendeurs, il tente de s'en sortir avec un bon chiffre d'affaires, l'occasion de l'Aïd "ne se renouvelant qu'une fois l'an" et propose des prix qu'il justifie par plusieurs paramètres, dont les frais de transport, de foin, etc. Dans ce quartier, le voisinage a adopté la pratique des combats de moutons mais nos interlocuteurs se défendent de s'adonner à ce qu'ils considèrent comme une "passion" pour de l'argent. L'un des "dresseurs" nous montre bigrement un bélier "rôdé" à la lutte et proposé à 120.000 DA, comme si cette prouesse supplémentaire, et pour le moins accessoire, était de nature à justifier que la barre soit si haute. Quels que soient les prix soumis par les vendeurs et autres revendeurs, le dernier mot revient au final aux éventuels acheteurs.

The post Revue de presse. Aïd el Kébir : La vente de moutons à Alger souvent exempte d'autorisation et de contrôle appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Aïd

AFP

Aïd al-Adha en Sierra Leone: le coeur

Aïd al-Adha en Sierra Leone: le coeur

Djamila Ould Khettab

Revue de presse. Aïd el-Kébir : Brigitte Bardot dénonce une “coutume barbare, sanglante et écoeurante”

Revue de presse. Aïd el-Kébir : Brigitte Bardot dénonce une “coutume barbare, sanglante et écoeurante”

Amina Boumazza

(Audio)

(Audio)

Alger

AFP

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

AFP

Quatre médias français boycottent la visite de Manuel Valls

Quatre médias français boycottent la visite de Manuel Valls

AFP

Sahara occidental: Alger appelle Paris

Sahara occidental: Alger appelle Paris

contrôle

AFP

JO-2016: l'Egyptien Abdelrahman, vice-champion du monde du javelot contrôlé positif

JO-2016: l'Egyptien Abdelrahman, vice-champion du monde du javelot contrôlé positif

AFP

Libye: le gouvernement d'union prend le contrôle du siège des Affaires étrangères

Libye: le gouvernement d'union prend le contrôle du siège des Affaires étrangères

AFP

Algérie: Bouteflika

Algérie: Bouteflika