mis à jour le

Assia Djebar, l’oubliée des Nobel de littérature

Ce n'était pas la première fois qu'elle était donnée favorite. Mais ce jeudi, le jury du Nobel de littérature a préféré la Canadienne anglophone, Alice Munro, à Assia Djebar, 77 ans. «A l'exception de Loin de Médine, un des romans les plus forts sur la décennie noire, son ½uvre n'est sans doute pas assez universelle, analyse le journaliste et critique littéraire Rachid Mokhtari. Ses romans restent dans la sphère méditerranéenne.» Un avis que partage aussi Fatiha Soal, gérante de la librairie Les Mots, à Alger, qui pense aussi que la récurrence des mêmes thématiques, «les femmes, la Révolution algérienne», joue aussi en sa défaveur. Pourtant, Alice Munro, 82 ans, est devenue célèbre en écrivant des nouvelles... ancrées dans la vie des campagnes de l'Ontario. «Dans l'histoire des Nobel de littérature, on voit bien qu'il est toujours décerné à un auteur qui écrit dans sa langue maternelle, ce qui n'est pas le cas de Assia Djebar», relève pour sa part Abderrahmane Ali-Bey, gérant de la librairie du Tiers-Monde, qui prédisait déjà la victoire de la Canadienne mercredi. Lorsqu'en 2000, Assia Djebar reçut le Prix de la paix des éditeurs allemands, elle s'était exprimée à ce sujet : «J'écris donc, et en français, langue de l'ancien colonisateur qui est devenue néanmoins et irréversiblement celle de ma pensée, tandis que je continue à aimer, souffrir, également à prier quand parfois je prie, en arabe, ma langue maternelle.» Récompensée par de nombreux prix, la première Maghrébine et la quatrième femme élue à l'Académie française, avait pourtant, d'après les professionnels du livre, toutes ses chances. «Assia Djebar est la grande figure féminine de la littérature algérienne, estime Sofiane Hadjadj, directeur des éditions Barzakh. Depuis 50 ans, elle n'a jamais cessé d'écrire et son ½uvre est restée cohérente. Pour moi, elle a introduit deux dimensions dans le roman : l'intime (sa famille, ses origines) et l'histoire (la Révolution, la question berbère, l'islam).» Bien que ses livres aient été traduits en 23 langues et qu'ils soient étudiés dans les universités du monde entier, l'éditeur et écrivain Bachir Mefti ne comprend pas pourquoi «rien n'a jamais été fait pour qu'elle soit traduite en arabe (à l'exception d'une pièce de théâtre L'Aube de la liberté, ndlr), comme Rachid Boudjedra.» «Du coup, elle reste marginalisée, regardée comme une auteure qui écrit ' 'pour les Français''». Rachid Mokhtari assure d'ailleurs qu'elle a «beaucoup souffert de n'avoir jamais été traduite en arabe ni en berbère».  Pour l'écrivain Amine Zaoui, l'½uvre de Assia Djebar, qui «mérite le prix Nobel», «est à l'image de la littérature maghrébine, peut-être trop politique et pas assez philosophique». Mais l'ancien directeur de la Bibliothèque nationale considère aussi que l'écrivaine souffre d'un «manque de promotion». «Notre pays n'a pas fait beaucoup pour cette militante de la culture, romancière, historienne» qui a quitté ses études à l'appel du FLN pour rejoindre les rangs de la Révolution.                                                          

Nobel

AFP

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

AFP

Egypte: honneurs militaires aux funérailles du Nobel de chimie Ahmed Zoweil

Egypte: honneurs militaires aux funérailles du Nobel de chimie Ahmed Zoweil

AFP

Nobel de la paix: le quartette tunisien reçoit son prix

Nobel de la paix: le quartette tunisien reçoit son prix

littérature

AFP

Au Maroc, une littérature riche mais peu lue

Au Maroc, une littérature riche mais peu lue

AFP

Le Franco-Congolais Alain Mabanckou fait entrer la littérature africaine au Collège de France

Le Franco-Congolais Alain Mabanckou fait entrer la littérature africaine au Collège de France

Ecrivain

Le puissant discours d'Alain Mabanckou sur l'absence de la littérature africaine en France

Le puissant discours d'Alain Mabanckou sur l'absence de la littérature africaine en France