mis à jour le

Moubarak, game over

Le monde arabe a accueilli avec une immense joie cette deuxième victoire consécutive. Ben Ali, Moubarak... Pour les Algériens, jamais deux sans trois.

C'est vendredi, jour de repos hebdomadaire en Algérie. Les stations d'essence sont prises d'assaut et tout le monde fait le plein de provisions en prévision de la bataille d'Alger du 12, le lendemain.

A 17 heures, la nouvelle tombe, Moubarak, après une résistance acharnée pour rester digne, démissionne de guerre lasse.

Trop forts pour lui, les Egyptiens n'ont pas lâché prise malgré les concessions successives offertes par le raïs. Le deuxième est parti, «jamais deux sans trois», résume l'un des organisateurs de la marche d'Alger, qui était hier devant l'ambassade égyptienne à Alger pour soutenir le départ de Moubarak. Revigoré pour le grand rendez-vous du lendemain, après l'énumération inquiétante depuis deux jours de tous les dispositifs mis en place par le régime pour le contrer, il est optimiste. Des appels de Tunisie, du Maroc, pour se féliciter, comme dans une guerre mondiale où les fronts éloignés ou proches envoient par radio la nouvelle de la victoire.

A Casa, où la marche du 20 février commence à rassembler des troupes, c'est aussi un excellent signe. Par la foule, par le nombre, par l'entêtement, par le refus, on peut changer de pays sans en changer. Personne ne pense plus à l'après révolution et les systèmes à mettre en place, tout le monde est dedans. Au Caire, Al-Qahira, la victorieuse, en arabe), ville fondée par une tribu algérienne Fatimide il y a 1.000 ans, resteront les morts et cette horreur nationale; le gaz égyptien, vendu à l'époque Moubarak sous la pression américaine à un tiers de son prix à Israël, à son prix réel au peuple égyptien. WikiLeaks l'a dit, c'est donc vrai.

Moubarakobama

Et si ce n'était qu'un jeu? Des jeunes, par milliers, envahissent les rues arabes, rieurs et enchantés, jouant à la révolution et bousculant la géostratégie mondiale comme on pousse la porte d'une boîte de nuit. Et si tout n'était qu'une gigantesque manipulation orchestrée par Obama et la CIA? Un plan diabolique, visant à faire tomber les autocraties arabes de l'intérieur, avec l'aide de WikiLeaks et de quelques pions et stratégies locales bien précises? Compter sur l'effet d'entraînement et renverser un à un les régimes?

«Les dominos, c'est d'abord un jeu», plaisante un membre du MJIC, mouvement très actif de la jeunesse algéroise, fin prêt pour demain. Et si et si. La thèse de la manipulation, plus ou moins répandue dans les milieux algérois, connus par ailleurs pour leur paranoïa structurelle, ne fait même plus recette. Moubarak avait joué la carte du patriotisme jusqu'au bout, expliquant encore le 10 février que «je ne vais pas exécuter les ordres des Américains». Peine perdue, il a quand même exécuté les ordres de son peuple et l'argumentaire de la main de l'étranger ne tient plus.

De toutes façon, Kamel Daoud, un écrivain oranais installé dans la capitale de l'Ouest algérien, engagé et rageur, a trouvé la parade et reprend en riant une expression typiquement algérienne, «je suis prêt à monter sur un âne s'il me fait traverser la rivière».

Chawki Amari

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Hosni Moubarak

main basse

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Il n'y a pas de démocratie en Egypte, il n'y a que les intérêts de l'armée

Révélations

Les petites confidences de Moubarak

Les petites confidences de Moubarak

Egypte

Hosni Moubarak est sorti de prison

Hosni Moubarak est sorti de prison

Tunisie

AFP

La marine s'active au large de la Tunisie

La marine s'active au large de la Tunisie

AFP

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

AFP

Le DJ mixe l'appel

Le DJ mixe l'appel

Zine el Abidine Ben Ali

Tunisie

L'électorat d'Ennahda fait son bilan

L'électorat d'Ennahda fait son bilan

Tunisie

Ghannouchiville, la nouvelle capitale tunisienne

Ghannouchiville, la nouvelle capitale tunisienne

par Taoufik ben Brik

Tunisie: la revanche de l'Etat policier

Tunisie: la revanche de l'Etat policier