mis à jour le

Revue de Presse. A six mois de l’élection présidentielle, l’Algérie s’ennuie

A six mois de l'élection présidentielle, l'Algérie s'ennuie, figée dans l'attente de ce que décidera Abdelaziz Bouteflika. Le pire pourrait-t-il être évité en allant vers une « transition pacifique, inclusive », avec « un processus évolutif » ?

 Cette fois-ci, la leçon a été bien apprise. A l'exception de M. Ahmed Benbitour, qui n'a ni appareil de parti à sa disposition, ni divisions blindées pour le porter au pouvoir, aucun candidat qualifié de sérieux ne s'est manifesté pour l'élection présidentielle de 2014. Malgré les pressions exercées sur lui pour l'inciter à se déclarer, Ali Benflis reste très prudent. Il a éludé toutes les questions et décliné toutes les sollicitations, en attendant que les choses deviennent plus claires.

Quant à Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Belkhadem, c'est le silence radio. Les deux hommes sont soigneusement calfeutrés, se gardant soigneusement d'émettre le moindre commentaire ou d'engager la moindre initiative. Ils savent parfaitement que les règles du système politique algérien sont d'une logique implacable : au moindre mouvement non autorisé, c'est la mort politique ; à la moindre initiative non agréée, la sanction tombe, implacable. C'est le carton rouge.

Seuls les soutiens au quatrième mandat essaient de se manifester, sans véritable conviction. Amar Ghoul et Amara Benyounès se déclarent favorables à un nouveau mandat du président Bouteflika, et font campagne en ce sens. Mais eux-mêmes ne semblent pas sûrs de leur choix. Ils ne paraissent pas totalement convaincus que l'état de santé de M. Bouteflika lui permettre de tenir le coup.

Il ne se passe plus rien... en politique

Cette situation a fini par figer toute l'activité politique dans le pays. Il ne se passe plus rien en Algérie. Ni débat politique, ni activité institutionnelle digne de ce nom. Et ce ne sont pas les gesticulations de quelques ministres et l'activité brouillonne du premier ministre Abdelmalek Sellal qui vont remplir le vide. La machine semble brisée. Elle ne répond plus.

Il y a évidemment ceux qui déplorent cette situation, la critiquent, voire la dénoncent avec une rare virulence. Ils sont nombreux. Mais leur voix ne porte guère. Seuls les milieux initiés et les appareils politiques s'intéressent à eux, et aux gesticulations sans lendemain de quelques personnalités en vue du microcosme algérois. La crise du FLN, qui a défrayé la chronique pendant quelques semaines, a été à son tour oubliée. Et au final, on se retrouve avec un pays qui va, en théorie, vivre une élection présidentielle dans six mois, mais qui n'est animé par aucune fièvre politique, un pays où on ne décèle aucune fièvre électorale, aucun signe de l'approche d'un quelconque scrutin. Rien ne montre que l'Algérie s'apprête à vivre un moment politique supposé majeur.

Bouteflika, au nom du « consensus »

Pourquoi cette paralysie? Pour une raison simple. Personne n'est aujourd'hui en mesure de répondre à une question dont dépend tout le reste : le président Abdelaziz Bouteflika est-il candidat à sa propre succession ? Si le chef de l'Etat veut rester au pouvoir, il est clair que rien ni personne ne l'empêchera. Tous les aspirants au pouvoir le savent. Non parce que M. Bouteflika dispose d'un pouvoir absolu, ou parce qu'il aurait pris le dessus sur les autres groupes ; mais parce qu'il gouverne au nom d'un consensus au sein du pouvoir, et s'il décide de rester, il sera maintenu au nom de ce même consensus.

Pour l'heure, partis, personnalités et candidats potentiels ne savent pas si le chef de l'Etat va briguer un nouveau mandat ou non. Alors, ils attendent. Ils prennent leur mal en patience, mais ils ne peuvent rien faire tant qu'ils ne « distinguent pas le fil blanc du fil noir ». Le président Bouteflika a tout à gagner à maintenir ce suspense. S'il veut rester, il va gagner par défaut, ses adversaires ne s'étant même pas manifestés. S'il décide de se retirer, il pourra aller tranquillement au bout de son mandat, sans trop d'épreuves. Il a donc intérêt à retarder l'échéance au maximum.

Lire la suite sur Maghreb Émergent 

The post Revue de Presse. A six mois de l'élection présidentielle, l'Algérie s'ennuie appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens