mis à jour le

Libye : Si on enlève même le Premier ministre…

On savait la Libye post-Kadhafi en proie à un indescriptible chaos sécuritaire. Oui, on la savait devenue un non-Etat disputé par les milices de tous bords, les chefs tribaux de toutes appartenances et les groupes islamistes de toutes engeances. Mais ce qui s'est passé hier jeudi 10 octobre 2013 à Tripoli, la capitale, est proprement surréaliste. Digne d'un film hollywoodien sorti droit du génie imaginatif des scénaristes des maisons de production Warner Bros ou de Century Fox : alors qu'il se trouvait dans un hôtel huppé de la place où il a pris depuis ses quartiers, le Premier ministre de transition, Ali Zeidan, a été amené, manu militari, par un groupe d'hommes armés vers une destination inconnue avant d'être relâché quelques heures plus tard.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington 

Libye

AFP

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

AFP

Tchad: fermeture de la frontière avec la Libye

Tchad: fermeture de la frontière avec la Libye

AFP

Tunisie: découverte de caches d'armes

Tunisie: découverte de caches d'armes

mème

AFP

Zimbabwe: même mort, Mugabe serait réélu, assure son épouse

Zimbabwe: même mort, Mugabe serait réélu, assure son épouse

AFP

Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant

Ghana: briguer la présidence de l'Etat, même en fauteuil roulant

AFP

Soudan du Sud: l'accord de paix doit avancer, même sans Riek Machar

Soudan du Sud: l'accord de paix doit avancer, même sans Riek Machar