mis à jour le

le livret de famille ne suffit pas…

Se faire délivrer n'importe quel document administratif à Boukhalfa n'est pas chose aisée. Alors qu' un «redressement» à la base est mené au sein de l'état civil de l'APC de Tizi Ouzou pour faciliter les rapports entre le citoyen et son administration, à l'antenne de la mairie à Boukhalfa, un des plus grands villages de la commune du chef-lieu de wilaya, l'administré fait face à un accueil des plus rebutants. Pour preuve, cette mauvaise surprise d'un père de famille qui s'est présenté à cette annexe une demi-heure avant l'ouverture des guichets, espérant se faire délivrer une fiche familiale afin de la présenter avant midi à l'établissement scolaire de son enfant pour qu'il puisse bénéficier des 3000 DA de scolarité. Ce dernier croyait que la «pagaille organisée» qui a  régné des années durant à la mairie de Tizi Ouzou était révolue, il pensait qu'à Boukhalfa le mal était moindre. Ce citoyen a attendu d'abord à l'extérieur jusqu'à l'ouverture, ensuite à l'intérieur devant les deux guichets, dont les préposés arrivent avec un retard de plusieurs minutes. Il présente donc son livret de famille et sollicite une fiche familiale. L'agent lui exige sa carte nationale d'identité (CNI), car avec le livret de famille seul cela «ne suffit pas». Il a beau expliquer qu'il a oublié sa CNI à la maison, tout en présentant sa carte professionnelle toujours valide, l'agent n'en démord pas : «Le livret de famille et la CNI, sinon niet !», lui rétorque-t-on. Le chef de service, visiblement stressé par la charge du boulot, lui lance d'emblée : «Je n'ai pas de temps, je m'occupe de deux services !» Le citoyen suggère à son interlocuteur d'exiger de la mairie-mère un renforcement de l'antenne par des agents administratifs. L'habitant de la localité demandeur du document se voit répondre encore avec dédain : «Ce n'est pas au RCD de me dicter ce que je dois faire...», lui rétorque-t-il, faisant certainement allusion au chef de l'exécutif communal de Tizi Ouzou, dont l'obédience est en effet du Rassemblement pour la culture et la démocratie. Aller au chef-lieu avec l'espoir de se faire délivrer ce document sans sa carte nationale d'identité lui paraissait moins pénible que de retourner chez lui pour ramener la CNI. A l'APC de Tizi Ouzou, au bout de quelques minutes, son tour arrive, il présente son livret de famille en demandant une fiche familiale.Elle lui est délivrée sur-le-champ, sans CNI. En repassant à Boukhalfa pour montrer au chef de service de l'état civil le document produit à la mairie-mère sans avoir présenté de CNI, le type lui réplique : «Chacun a sa façon de travailler...» A se demander si l'on vit dans une wilaya à multiples administrations...  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

famille

AFP

Afrique du Sud: le fils d'une riche famille revient sur les lieux du crime

Afrique du Sud: le fils d'une riche famille revient sur les lieux du crime

AFP

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

AFP

Rejoindre les Etats-Unis: une famille soudanaise entre peurs et espoirs

Rejoindre les Etats-Unis: une famille soudanaise entre peurs et espoirs