mis à jour le

Algérie : 100 milliards de dollars de dépenses publiques en 2014 ! Par Hassan HADDOUCHE

La croissance apparemment irrésistible des dépenses de l'Etat algérien se poursuit en dépit des nombreux signaux d'alerte ces dernières années. Le cap à la fois symbolique et faramineux  des 100 milliards de dollars de dépenses annuelles  vient d'être atteint par le projet de loi de finance pour 2014.

Le contexte est, depuis plusieurs années, celui d'une dérive de la dépense publique signalée aussi bien par les plus hautes autorités du pays notamment depuis 2010, que par la Banque d'Algérie en 2012 et en 2013 ou encore  par le FMI à l'occasion de ses deux dernières missions en Algérie  de novembre 2011 et 2012. C'est aussi celui d'un thème qui a fait irruption dans le débat public à travers une très large couverture médiatique et de nombreuses contribution de spécialistes. Ses enjeux économiques sont fondamentaux puisqu'ils  concernent, au delà des habillages comptables, l'usage qui est fait de la rente pétrolière à travers notamment sa répartition entre  consommation immédiate et investissement.

En 2014 , on revient aux bonnes vielles habitudes.

Finalement et ainsi qu'on pouvait s'y attendre, la pause observée dans la croissance des dépenses du budget de l'Etat en 2013 aura été de courte durée. Le projet de loi de finances pour 2014, adopté la semaine dernière  par le Conseil des ministres revient aux «  bonnes habitudes » de ces dernières années (plus  précisément celles prises depuis 2007) et enregistre de nouveau une croissance à 2 chiffres du montant des dépenses budgétaires . Les dépenses projetées par le PLF 2014 sont de plus de 7.600  mds de DA. Faites le compte vous-même , avec un dollars à 76 dinars au taux de change officiel, on arrive pile à 100 milliards de dollars. La hausse des dépenses par rapport à 2013 est de  11,3%. Cette croissance 3 fois plus rapide que celle du PIB (annoncée à 4,5% mais les prévision dans ce domaine  ne sont jamais réalisées depuis 2005) va en premier lieu  encore renforcer le poids de la dépense publique dans l'économie nationale. Rappelons que voici à peine un mois, la Banque d'Algérie avait au titre de l'année 2012 attiré l'attention de l'Exécutif sur  la tendance à la hausse que suivent actuellement les dépenses publiques. L'institution dirigée par Mohamed Laksaci indiquait notamment que « le poids de la dépense publique a pris des proportions importantes, passant de près de 45% en 2011 à 50% du PIB  en 2012. Alors que ces ratios sont de l'ordre de 27% au Maroc et 26% en Tunisie en 2011 ». Le chiffre le plus significatif cité par M. Laksaci  concernait  la forte croissance des dépenses budgétaires totales en 2012, évaluée au niveau vertigineux de 22,5%. Un rythme qui « n'est pas  soutenable » concluait le Gouverneur de la Banque d'Algérie. Il est clair que la nouvelle croissance des dépenses de l'Etat prévue  en 2014 ne va pas arranger les choses et que le cap des 50% du PIB risque fort d'être franchi allègrement l'année prochaine.

Un déficit budgétaire colossal

Le déficit budgétaire prévu pour 2014 estimé au niveau faramineux de 45 milliards de dollars va également  sans aucun doute relancer le débat sur le niveau de plus en plus élevé du«  prix d'équilibre budgétaire ». Le prix du baril de pétrole qui permet de financer les dépenses du budget de l'Etat associé au projet de loi de finance 2013, marqué par une plus grande « prudence » en matière de dépenses publiques, se situait selon différentes sources  à un niveau proche de 105 dollars. Il va de nouveau bondir au dessus de 110 dollars en 2014 soit à un niveau supérieur aux prix observés sur le marché au cours des derniers mois (109 dollars selon la Banque d'Algérie pour le premier semestre 2013) en posant le problème du financement du déficit par les ressources économisées dans le Fonds de Régulation des Recettes.

Le montant du déficit comptable soulève en outre une fois de plus le problème du prix de référence de 37 dollars pour le baril de pétrole adopté par les finances publiques algériennes depuis 2007 dont une étude rendue publique par le FCE au début de l'année en cours, rappelait qu'il était était censé  à l'origine servir de norme pour mieux maîtriser l'évolution des dépenses de l'Etat. Cette  logique vertueuse a été complètement oubliée chemin faisant et cette convention comptable ainsi que les règles de calculs des ressources du Fonds de régulation des recettes qui lui sont associées se  révèlent aujourd'hui  comme « un échafaudage bureaucratique vidé de toute signification économique » qui a pour inconvénient majeur de rendre illisible la gestion des finances publiques.

La paix sociale n'a pas de prix

Le budget 2013 avait tenté, dans le prolongement des déclarations du  ministre des finances qui prônait  une «  approche beaucoup plus prudente en matière de dépenses notamment celles de fonctionnement et surtout celles relatives aux salaires de la Fonction publique où nous avons atteint le plafond », de ramener les dépenses courantes à un "niveau plus acceptable" notamment grâce à la fin des opérations du versement des rappels sur les salaires de la Fonction publique. Le maintien de la paix sociale n'a cependant  pas de prix, particulièrement dans cette période où le gouvernement est invité explicitement à « préparer les prochaines échéances politiques » . C'est ainsi  que les dépenses de fonctionnement projetées pour 2014 s'affichent en hausse de 8,7 % par rapport à 2013 soit une croissance encore 2 à 3 fois supérieure à celle du PIB.

Le parlement est encore appelé à approuver pour l'année prochaine des dépenses de fonctionnement de plus de 62 milliards de dollars (environ 4700 milliards de dinars) qui prendront en charge notamment la création de plusieurs dizaines de milliers de  nouveaux postes dans la Fonction publique (on parle de 10 000 policiers à recruter  pour les régions du sud du pays)  ainsi que des transferts sociaux réglés sur le mode du pilotage automatique en raison notamment du blocage des prix de nombreux produits et services soutenus par l'Etat.

Des dépenses d'équipement  au cas par cas

La seule bonne nouvelle annoncée par le projet de  loi de finances pour 2014 est constituée par une hausse importante des dépenses d'équipement (+15,6%). Elles bénéficieront en priorité aux infrastructures économiques et administratives, à l'éducation et la formation, aux infrastructures socio-culturelles et à l'agriculture et l'hydraulique. Avec un budget de près de 130 milliards de dinars, le soutien à l'accès à l'habitat occupe également une place croissante. Ce type de dépenses, généralement bien considéré par les économistes, parce qu'elles constituent un usage de la rente pétrolière réputé favorable au développement économique, ne représentera  néanmoins, avec une dotation de 2.940 mds de DA, qu'un gros tiers des dépenses totales de l'Etat en 2014. On peut noter que malgré leur augmentation sensible, elles ne devraient pas échapper à des arbitrages sévères. L'exposé des motifs du projet de loi prévoit en effet : « une  restructuration du financement des projets en fonction de leur maturation et des capacités financières disponibles ». Ce qui signifie en clair que les projets en cours, dont le stock est considérable,  continueront d'être financés alors que les financements de nouveaux projets seront étudiés au « cas par cas ».

Hassan Haddouche

The post Algérie : 100 milliards de dollars de dépenses publiques en 2014 ! Par Hassan HADDOUCHE appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Algérie

AFP

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

Les avions d'Air Algérie cloués au sol par une grève

AFP

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

CAN: le Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie en danger

AFP

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

dollars

AFP

Nigeria: Tinapa, l'"éléphant blanc"

Nigeria: Tinapa, l'"éléphant blanc"

AFP

L'ONU réclame 1,4 milliard de dollars pour les réfugiés du Soudan du Sud

L'ONU réclame 1,4 milliard de dollars pour les réfugiés du Soudan du Sud

AFP

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

dépenses

AFP

Déclin des cours du pétrole: le Nigeria promet de contrôler ses dépenses et l'inflation

Déclin des cours du pétrole: le Nigeria promet de contrôler ses dépenses et l'inflation

AFP

Tunisie: des mesures pour réduire les dépenses publiques

Tunisie: des mesures pour réduire les dépenses publiques

Nkandlagate

Ils ne veulent plus de lui

Ils ne veulent plus de lui