mis à jour le

Tripoli demande

La Libye a enjoint mardi les Etats-Unis de lui remettre "immédiatement" Abou Anas al-Libi, un chef présumé d'Al-Qaïda capturé par un commando américain à Tripoli, mais Barack Obama a affirmé qu'il serait jugé par la justice américaine.

Le gouvernement libyen est très embarrassé par cette affaire qui a provoqué la colère de groupes d'ex-rebelles et de partis politiques.

Dans un communiqué lu par son porte-parole, Omar Hmidan, le Congrès général national libyen (CGN), la plus haute autorité politique de Libye, a souligné "la nécessité de la remise immédiate du citoyen libyen", qualifiant le raid américain de "violation flagrante de la souveraineté nationale".

Il s'agit de la première réaction officielle libyenne condamnant clairement l'opération américaine. Le gouvernement libyen avait tenu jusqu'ici des propos mesurés.

Après le raid en Libye et un autre en Somalie le week-end dernier, le président Barack Obama a promis mardi que les Etats-Unis continueraient à s'en prendre aux "groupes régionaux, certains liés de façon explicite à Al-Qaïda ou à cette idéologie, d'autres plus autonomes". 

Il a cependant refusé de commenter la légalité de l'opération à Tripoli.

"Nous savons que Libi a aidé à planifier et à mettre en ½uvre des complots qui ont abouti à la mort de centaines de personnes, dont de nombreux Américains. Nous en avons des preuves solides. Et il sera traduit en justice", a-t-il assuré.

Samedi, lors d'un raid audacieux à son domicile à Tripoli, les forces spéciales américaines ont capturé Abou Anas al-Libi, un Libyen figurant sur la liste des personnes les plus recherchées par la police fédérale américaine (FBI) qui offrait "jusqu'à 5 millions de dollars" pour toute information permettant son arrestation ou sa condamnation.

De son vrai nom Nazih Abdul Hamed al-Raghie, ce chef présumé du réseau Al-Qaïda était recherché par les Etats-Unis qui l'accusent d'implication dans les attentats meurtriers de 1998 contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya (plus de 200 morts).

Le ministre libyen de la Justice Salah al-Marghani avait convoqué lundi l'ambassadrice américaine à Tripoli pour lui "demander des réponses à plusieurs questions relatives à l'affaire".

Lors d'une conférence de presse à Tripoli, il a précisé avoir expliqué à Mme Jones que la capture du Libyen était "un enlèvement contraire aux lois libyennes".

M. Marghani a souligné que son gouvernement "usera des moyens diplomatiques et juridiques pour garantir les droits du citoyen libyen Nazih al-Raghie".

HRW pour un procès équitable

Le Premier ministre libyen Ali Zeidan a lui aussi critiqué indirectement l'opération américaine, en estimant que les citoyens libyens "doivent être jugés en Libye" et que "la Libye ne livrera pas ses citoyens pour qu'ils soient jugés à l'étranger".

Les autorités qui n'ont pas réussi, depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, à rétablir l'ordre sont confrontées à la pression d'une partie de l'opinion publique, et à celle de groupes armés et des forces de sécurité pro-islamistes.

La "Chambre des opérations des révolutionnaires de Libye", qui réunit des groupes d'ex-rebelles ayant combattu le régime kadhafiste en 2011, a ainsi annoncé dans un communiqué un "état d'alerte maximum face (...) aux atteintes à la souveraineté du pays de la part des renseignements étrangers".

Le groupe a demandé aux ex-rebelles de se tenir "prêts et d'attendre les ordres" de leur commandement "pour chasser les étrangers en situation irrégulière".

De son côté, le groupe salafiste d'Ansar al-Charia a appelé dans un communiqué à "une grande mobilisation populaire pour libérer le frère Abou Anas détenu par ces mécréants (...), et ceci par tous les moyens permis par la charia", la loi islamique.  

Amnesty International a dénoncé la capture d'Abou Anas transporté, selon les Américains, à bord d'un navire de guerre de l'US Navy dans la région pour interrogatoire.

Washington "doit immédiatement confirmer son lieu de détention et lui fournir l'accès à un avocat", a-t-elle dit.

Human Rights Watch a appelé pour sa part à "respecter les droits (d'Abou Anas) afin qu'il puisse être jugé équitablement par un tribunal civil".

AFP

Ses derniers articles: Violences en RDC: plus de 1.300 morts au 1er semestre, 3 fois plus que sur la même période en 2019 (ONU)  Guinée: vers une désignation d'Alpha Condé comme candidat  RDC: le personnel chargé de la lutte contre Ebola dans le Nord-Ouest en grève 

Tripoli

AFP

En Libye, ambiance morose

En Libye, ambiance morose

AFP

Libye: avec les coupures de courant incessantes, un autre été en enfer

Libye: avec les coupures de courant incessantes, un autre été en enfer

AFP

Libye: visite surprise du chef de la diplomatie turque

Libye: visite surprise du chef de la diplomatie turque

Washington

AFP

Le Soudan va agir pour que Washington le retire de la "liste noire"

Le Soudan va agir pour que Washington le retire de la "liste noire"

AFP

Accusations de prévarication: la BAD temporise malgré l'appel de Washington

Accusations de prévarication: la BAD temporise malgré l'appel de Washington

AFP

BAD: la réélection attendue du président Adesina fragilisée par Washington

BAD: la réélection attendue du président Adesina fragilisée par Washington

suspect

AFP

Joie et larmes au Darfour après la détention d'un suspect accusé d'atrocités

Joie et larmes au Darfour après la détention d'un suspect accusé d'atrocités

AFP

Guinéen tué près de Rouen: un suspect interpellé

Guinéen tué près de Rouen: un suspect interpellé

AFP

Guinéen tué près de Rouen: un suspect de nationalité turque en garde

Guinéen tué près de Rouen: un suspect de nationalité turque en garde