mis à jour le

Abdellah Taïa : “Je suis un musulman libre”

ad_section_start -->
Auteur: 
Jules Crétois
Invité: 
Abdellah Taïa
Fonction: 
Ecrivain
Accroche: 
"Je suis un musulman libre"
Lu, 10/07/2013 - 08:40
PV: 
Abdellah Taïa est un homme heureux. Fatigué, certes, mais heureux. L'écrivain dont les romans sont truffés de références au septième art est dorénavant un réalisateur invité dans de prestigieux festivals de cinéma. La réalisation de L'Armée du salut n'a pas été de tout repos et la présentation de son film à la Mostra de Venise et au Festival international du film de Toronto, en septembre dernier, l'a mis sur les genoux. Surtout lui qui jure que le mondanités ne sont pas son truc. Du reste, Taïa est fidèle à lui-même. Enjoué, franc et toujours prêt à répondre avec sympathie à nos questions, auxquelles il apporte des réponses bien à lui, mêlant son intimité et ses émotions à son travail. Tantôt prolixe, tantôt pudique, il insiste sur son optimisme à toute épreuve. On sent que c'est ça qui le fait courir et tenir, presque autant que les livres et le cinéma. Particulièrement quand il nous assure que son film sera projeté sur les écrans marocains. Il y tient et jure qu'il fera tout son possible pour que cela arrive au plus vite.
Article du jour
Image article du jour: 

Smyet bak ?Mohamed Taïa. Smyet mok ?Mbarka Allali Taïa. Nimirou d'la carte ?Je ne m'en souviens pas. On vous a souvent comparé ou rangé dans la même catégorie que l'écrivain homosexuel Rachid O. Vous le connaissez ?

en lire plus

Telquel

Telquel est un magazine hebdomadaire marocain francophone.

Ses derniers articles: Record. Le plus grand matelas du monde  "Le Printemps des Arabes", la révolution en BD  Abdellah Ibrahim a son avenue 

musulman

AFP

Ouganda: première comparution du chef du groupe rebelle musulman ADF

Ouganda: première comparution du chef du groupe rebelle musulman ADF

AFP

Centrafrique: tirs nourris dans le quartier musulman de Bangui et alentour

Centrafrique: tirs nourris dans le quartier musulman de Bangui et alentour

AFP

Au quartier musulman de Bangui, on ne veut plus de groupe armé

Au quartier musulman de Bangui, on ne veut plus de groupe armé