mis à jour le

Le président égyptien en Arabie saoudite pour la "remercier"

Le président égyptien Adly Mansour est arrivé lundi en Arabie saoudite, dans son premier déplacement à l'étranger depuis sa nomination en juillet, pour "remercier" selon lui le royaume de son appui au nouveau pouvoir égyptien.

Le chef de l'Etat égyptien a été accueilli à son arrivée à Jeddah (ouest) par le prince héritier Salmane ben Abdel Aziz, et doit être reçu par le roi Abdallah, selon l'agence officielle saoudienne SPA.

Dans une déclaration lundi au quotidien à capitaux saoudiens Asharq Al-Awsat, M. Mansour a affirmé que sa visite avait principalement pour but de "remercier le royaume au nom du peuple et du gouvernement égyptiens pour son appui".

Le royaume est l'un des principaux soutiens du nouveau pouvoir mis en place en Egypte par l'armée après la mise à l'écart début juillet du président issu des Frères musulmans Mohamed Morsi. L'Arabie saoudite, violemment opposée aux Frères musulmans, a apporté depuis la destitution de M. Morsi une aide de cinq milliards de dollars à l'Egypte.

"Les relations égypto-saoudiennes ont été affectées l'an dernier", après l'accession au pouvoir du président Morsi, "et il est de notre devoir de rétablir ces relations", a ajouté le président égyptien.

Il a indiqué qu'il évoquerait avec le roi Abdallah "la coopération bilatérale qui s'était interrompue" sous le président Morsi, "notamment les concertations politiques au sujet des crises régionales, ainsi que la coopération économique, commerciale et dans le domaine des investissements".

M. Mansour a souligné que l'Arabie avait soutenu le nouveau pouvoir égyptien "alors que certains pays occidentaux avaient une position hostile et avaient menacé d'interrompre leurs aides à l'Egypte".

Il a ajouté que le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al-Fayçal, qui a effectué une tournée cet été dans plusieurs capitales occidentales, avait contribué au changement de position de l'Occident. "La France en particulier avait pris une position violente contre l'Egypte après le 30 juin, mais sa position a changé après la visite du prince Saoud", a-t-il dit.

AFP

Ses derniers articles: Niger: une vingtaine de migrants secourus par l'armée en plein désert  Zimbabwe: l'opposant Mawarire de nouveau interpellé  Libération d'un Suédois enlevé par Al-Qaïda en 2011 au Mali 

président

AFP

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

RDC: "le dialogue est permanent", assure le président Kabila

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

AFP

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots

Le président égyptien ratifie la rétrocession de deux îlots

egyptien

AFP

Trump reçoit le président égyptien Sissi pour renforcer les liens

Trump reçoit le président égyptien Sissi pour renforcer les liens

AFP

Louvre: le suspect dit être Abdallah El-Hamahmy, Egyptien de 29 ans

Louvre: le suspect dit être Abdallah El-Hamahmy, Egyptien de 29 ans

AFP

Cinéma: "Clash", huis clos sur la chute de l'ex-président égyptien Morsi

Cinéma: "Clash", huis clos sur la chute de l'ex-président égyptien Morsi