mis à jour le

« Mon histoire ressemble au scénario d'un film émouvant. Pourtant tout ce que je vais vous raconter dans les lignes qui suivent n'est autre que la réalité, une réalité qui est restée top secrète pour ne pas perturber l'équilibre de mon existence dans une société conservatrice et réservée comme la notre, une société qui ne pardonne pas l'erreur que peut commettre une jeune fille inconsciente. J'avais 18 ans, je rêvais d'un mari, d'une petite maison où règne l'affection et la chaleur ; et d'enfants, de beaucoup d'enfants mignons qui m'entourent. J'avais 18 ans quand tout a basculé pour le pire, quand j'ai commis une erreur regrettable qui bascula le cours de ma vie paisible jusqu'ici.

A 18 ans, j'ai décroché avec brio mon bac, j'étais parmi les meilleurs. Pour me récompenser, mes parents m'ont offert un voyage de rêve en Egypte. J'allais être accueillie chez ma tante qui résidait dans le pays des pyramides depuis cinq ans. Mon bonheur était à son comble. Enfin, je pouvais profiter d'un séjour de rêve loin de la famille et apprécier chaque moment. C'est à Charm El Cheikh que je l'ai rencontré, cet algérien de 23 ans, beau comme un dieu. Il venait lui aussi passer ses vacances en compagnie de sa famille. Il avait un sourire si tendre, une présence si séduisante et un corps d'Apollon. Lui résister était impossible. Ses yeux couleur miel racontaient mille et une histoires, de sa bouche s'échappaient les mots les plus envoûtant. J'étais prisonnière de son charme et victime de sa beauté. Nous nous sommes amourachés l'un de l'autre et notre été fut le plus beau de tous. Nous nous sommes promis un amour éternel. De retour en Algérie, il devait venir me demander en mariage, j'étais confiante surtout que je lui avais tout donné durant notre séjour en Egypte. Je me suis livrée à lui corps et âme, croyant telle une jeune fille ingénue, à tous les serments d'amour et les promesses de bonheur qu'il ne cessait de me faire.

De retour en Algérie, j'ai attendu qu'il m'envoie un texto, qu'il se manifeste. J'ai attendu des jours et des jours sans rien. Je n'avais gardé de lui qu'un numéro de téléphone qui était constamment hors service. J'ai commencé à m'impatienter et à perdre espoir mais au bout d'un mois et demi, j'ai pris peur, j'étais terrorisée. Mes menstrues étaient en retard. Oh, mon Dieu, qu'ai-je fait de moi ? qu'ai-je fait de mon avenir ? J'étais certainement enceinte..."

Lire la suite sur FocusElles

The post « Mon frère n'est autre que mon fils » appeared first on Algérie Focus.