mis à jour le

manifestations commémoratives

Des militants associatifs ont pu commémorer, hier à Alger, le 25e anniversaire des événements du 5 Octobre 1988, malgré un dispositif sécuritaire dense. En effet, les principales places de la capitale ont été quadrillées, notamment la place de la Liberté de la presse, sise au boulevard Hassiba Ben Bouali, où des journalistes devaient tenir un sit-in. L'initiative n'a pu se concrétiser. Les agents de police étaient déployés dès la matinée pour empêcher tout rassemblement de la corporation. Les journalistes l'ont finalement organisée à l'intérieur de la Maison de la presse. A Alger-Centre, au square Port-Saïd, des militants associatifs et syndicaux, pour la plupart affiliés au Rassemblement actions jeunesse (RAJ) et au Conseil des lycées d'Algérie (CLA), ont pu tenir un rassemblement. Venant par petits groupes, ces militants se sont donné rendez-vous à 10h30. Originaires de plusieurs wilayas, ils se sont déplacés pour honorer les victimes d'Octobre 1988. Ils ont soulevé plusieurs pancartes, sur lesquels on pouvait lire des slogans comme «Oui à la liberté de rassemblement et d'expression».  Selon le président de RAJ, Abdelwahab Fersaoui, «le rassemblement d'aujourd'hui (hier, ndlr) est une action symbolique pour ne pas oublier le sacrifice des martyrs de la démocratie, assassinés pour arracher la liberté au profit des Algériens». «De nos jours, s'il est possible de s'exprimer avec une certaine liberté d'expression, de créer des partis politiques et des associations, si des journaux peuvent rapporter des informations contraires à la propagande du pouvoir, c'est grâce au combat consenti par le peuple algérien en octobre 1988 et bien avant, durant la guerre de Libération», a t-il affirmé lors d'une déclaration lue publiquement. De son côté, le secrétaire général du CLA, Achoud Idir, a rappelé qu'«Octobre 1988 a été le second souffle de liberté pour les Algériens, après l'acquisition de l'indépendance en 1962». «Nous devons nous unir, tous ensemble, pour préserver les acquis d'Octobre 1988. Ceux qui nous ont précédé se sont sacrifiés et ont payé de leur sang pour que nous puissions vivre libres. Nous devons lutter pour leur mémoire et pour l'idéal qu'ils recherchaient, afin de ne pas les trahir», a-t-il souhaité.  Les organisateurs du rassemblement ont par ailleurs appelé à l'abrogation de la loi sur les associations adoptée en janvier 2012. «Ce texte est anticonstitutionnel. Il prive les Algériens de leur droit le plus élémentaire, celui de s'organiser en toute liberté et sans contrainte. Le pouvoir veut, à travers cette loi, museler les activités des militants associatifs. Son but est de mette fin à toute contestation pacifique et d'étouffer les voix discordantes», estime Hakim Addad, ex-secrétaire général du RAJ. Une fois la gerbe de fleurs déposée et après lecture des déclarations devant les citoyens, le rassemblement a pris fin dans le calme et sans aucun incident.  

manifestations

AFP

Maroc: série de mesures pour Jerada, agitée par des manifestations

Maroc: série de mesures pour Jerada, agitée par des manifestations

AFP

Tunisie: HRW dénonce des brutalités policières pendant des manifestations

Tunisie: HRW dénonce des brutalités policières pendant des manifestations

AFP

Ethiopie: sans dialogue, les manifestations reprendront, avertit un chef d'opposition

Ethiopie: sans dialogue, les manifestations reprendront, avertit un chef d'opposition

Alger

AFP

Algérie: un millier de médecins "résidents" bravent l'interdiction de manifester

Algérie: un millier de médecins "résidents" bravent l'interdiction de manifester

AFP

Pension pour les victimes algériennes de la guerre d'Algérie: peu d'écho

Pension pour les victimes algériennes de la guerre d'Algérie: peu d'écho

AFP

Algérie: reprise du trafic aérien

Algérie: reprise du trafic aérien