mis à jour le

Bande frontalière ouest : une personne tuée et une autre blessée

La frontière algéro-marocaine est devenue dangereuse pour les autochtones par le fait qu'elle est infestée par une multitude de contrebandiers, parfois pris en chasse par les garde-frontières. Dans les échanges de tirs, des citoyens innocents de passage sont souvent blessés. Longtemps considérée comme passoire, la frontière terrestre entre l'Algérie et le Maroc est devenue dangereuse. Les rares personnes qui s'aventurent encore sur le tracé frontalier courent de gros risques. Pour preuve, mercredi à l'aube, un Marocain dont on dit qu'il est contrebandier a failli passer de vie à trépas lorsqu'il a décidé de traverser la frontière à bord d'un véhicule. En effet, refusant d'obtempérer aux tirs de sommation des garde-frontières, il a reçu des balles au niveau des jambes. Selon une source sécuritaire, les gendarmes avaient visé les pneus de la voiture. La victime, qui est hors de danger, est actuellement hospitalisée à l'hôpital Chaâbane Hamdoune de Maghnia et sera déférée devant la justice, une fois rétablie, selon la même source. Une semaine auparavant, une autre personne de nationalité algérienne, résidant à Maghnia, a été tuée par les mêmes garde-frontières, alors qu'il tentait de s'introduire sur le territoire national de nuit. Selon les parents de la victime, le jeune homme, âgé d'une trentaine d'années, revenait d'une visite familiale à Oujda, dans l'oriental marocain. Une déclaration qui contredit celle de la gendarmerie nationale qui avait affirmé que cette personne était recherchée par les services de sécurité algériens depuis longtemps. Toujours est-il que depuis que les autorités algériennes ont décidé de lutter inexorablement contre le trafic en tous genres, en creusant des tranchées sur le tracé frontalier, en multipliant les barrages sécuritaires, en plus des rondes régulières et en punissant sévèrement les contrebandiers, on a constaté que le trafic, notamment celui du carburant, a réellement régressé sans pour autant que la crise ne disparaisse...