mis à jour le

la contrebande du carburant redouble

Les gérants de stations-service avaient vu juste en dénonçant les arrêtés du wali. S'attaquer à la contrebande, c'est s'attaquer à la corruption. Qu'ils prennent mon matricule et même mon nom et mon adresse, je m'en fiche éperdument et qu'ils fassent ce qu'ils veulent», s'exclament des automobilistes dans les chaînes désordonnées, véritables foires d'empoigne que sont devenues les stations-service d'El Tarf. «Ils», ce sont les pouvoirs publics, les autorités qui ont imposé aux stations-service d'ouvrir des registres pour y consigner tous les véhicules qui sont servis. Des mesures prises dans le but d'enrayer le siphonage, vers les pays voisins, du carburant produit localement mais aussi celui qui est importé. Les autorités se sont résolues à agir car le trafic de carburant a rendu visible, palpable et insupportable cette autre hémorragie qui saigne le pays. La première étant les milliards de dollars transférés à l'étranger dans les affaires de corruption dont quelques bribes ont été révélées à l'opinion publique. Il faut se placer parmi les premiers pour avoir de l'essence. Prompts à bondir au moment où se retirent les camions-citernes qui terminent leur précieuse livraison. Les chaînes qui se forment, avec une majorité de voitures immatriculées en Tunisie, s'organisent autant que possible, mais ils se trouvent toujours des passe-droits et des forts en bras ou en gueule pour semer la confusion que laissent faire les pompistes dépassés par l'ampleur du désordre. Le spectacle est partout même là où on sert de l'essence. Les autres stations sont vides parce qu'à 10h, elles ont fini d'écouler leur livraison quotidienne. Avec le rationnement en application depuis l'Aïd, 400 et 600 DA pour les petites voitures et 2000 DA pour les véhicules lourds, les trafiquants font le tour des stations pour faire le plein. Ils sont plus fréquents sur les routes et vont plus loin. Ils ont investi la partie ouest de la wilaya d'El Tarf et celle de Annaba. Les responsables refusent d'admettre que c'est la corruption Manifestement les arrêtés du wali, dénoncés dès le départ par les gérants de stations-service pour leur inopportunité et traités d'antipatriotes pour leur contestation, n'ont pas donné les résultats escomptés. Après une brève relâche, le temps pour les contrebandiers de trouver la riposte aux mesures du wali, le trafic a repris de plus belle avec plus d'intensité. Les Tunisiens ont, depuis la restriction à une seule entrée sur le territoire national toutes les 48 heures et en bons calculateurs qu'ils sont, tout bonnement doublé le nombre de voitures. De l'avis général, même avec le rationnement, il est devenu encore plus difficile d'obtenir de l'essence qu'il y a trois mois. Les autorités au niveau local mais également national, avec l'unique souci de sauver les apparences dans le tumulte des scandales qui les éclaboussent, s'attaquent superficiellement et conjoncturellement au fléau de la contrebande. En les accablant un peu plus, elles désignent aux citoyens des cibles, les stations-service en l'occurrence, pour d'une part rendre leurs actions visibles mais surtout parce qu'elles sont incapables de s'attaquer au mal à la racine. Elles refusent d'entendre qu'en grande partie la perméabilité de nos frontières a pour origine la défaillance des gardes-frontières tous corps confondus pour cause de corruption et de ses prolongements dans l'Etat à tous les niveaux. Difficile de demander en effet aux hommes du pouvoir de s'attaquer à la corruption...

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

contrebande

AFP

Nigeria: pas de riz en plastique en circulation, mais du riz de contrebande

Nigeria: pas de riz en plastique en circulation, mais du riz de contrebande

AFP

L'Egypte saisit plus de 64 millions de paquets de cigarettes de contrebande

L'Egypte saisit plus de 64 millions de paquets de cigarettes de contrebande

AFP

La contrebande d'ivoire en Tanzanie dopée par des visites officielles chinoises

La contrebande d'ivoire en Tanzanie dopée par des visites officielles chinoises

carburant

AFP

Crise de l'électricité

Crise de l'électricité

AFP

Burundi: une économie au point mort faute de carburant

Burundi: une économie au point mort faute de carburant

AFP

Nigeria: appel

Nigeria: appel