mis à jour le

PJD / Choubani : Etat des lieux de l’associatif

Le dialogue national sur la société civile et ses nouveaux rôles constitutionnels vise à apporter des réponses “précises” aux meilleurs moyens de faire participer la société civile à la prise de décisions et à la gestion de la chose publique, a affirmé, vendredi soir à Fès, le ministre chargé des Relations avec le parlement et la Société civile, Habib Choubani.

Intervenant lors du 5ème séminaire régional du dialogue national sur la société civile, dans la région de Fès-Boulemane, M. Choubani a indiqué que ce dialogue a pour objectif d’instaurer un partenariat plus large pour la gestion de la chose publique conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution.

Ce grand chantier, a-t-il ajouté, trouve son fondement dans la nouvelle Constitution du Royaume et dans les discours de SM le Roi Mohammed VI qui insistent sur la nécessité de permettre à la société civile d’assumer pleinement sa mission dans le processus de prise de décisions.

Ce dialogue vise principalement à apporter des réponses aux problématiques concernant la nature des dispositions constitutionnelles devant être concrétisées pour renforcer la vie associative et la refonte de l’arsenal juridique et législatif encadrant l’action de la société civile.

Le ministre a insisté sur la conjugaison des efforts de tous les partenaires pour la mise en ½uvre des dispositions de la Constitution s’agissant notamment de la gestion de la chose publique, précisant que le renforcement de la culture de gouvernance, la transparence et la responsabilité constituent le grand défi devant toute la société pour répondre aux attentes des citoyens.

De son coté, le vice-président de la Commission nationale du dialogue national, Abdelali Mestour a relevé que la région de Fès-Boulemane a un grand rôle à jouer dans ce processus, de par les acquis qu’il a accumulés dans le domaine de l’action associative et lui ayant permis de disposer d’une importance force de propositions dans le domaine de la contribution de la société civile à la gestion de la chose publique.

Selon lui, la société civile est appelée à formuler des propositions visant à rendre les lois qui encadrent son action compatibles avec l’objectif d’élargissement des libertés, soulignant que la Commission nationale est un outil technique pour la gestion de ce dialogue et pour l’écoute et la formulation des propositions des organisations de la société civile.

Le 5ème séminaire régional du dialogue national sur la société civile a été marqué par la présentation de plusieurs exposés sur les nouveaux rôles constitutionnels de la société civile et les fondements juridiques et constitutionnels de cette large concertation nationale.

Les participants débattront notamment de l’état des lieux de la vie associative, des perspectives pour la démocratie participative et des nouvelles prérogatives consacrées par la nouvelle Constitution en faveur de la société civile.

LNT

Crédits MAP

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

PJD

Politique

Le Maroc, royaume de la stabilité cinq ans après le Printemps arabe

Le Maroc, royaume de la stabilité cinq ans après le Printemps arabe

Peine de mort

Vers l'arrêt de mort de la peine capitale

Vers l'arrêt de mort de la peine capitale

Comparaison

Les islamistes marocains font des jaloux

Les islamistes marocains font des jaloux

Etat

AFP

Gambie: état d'urgence

Gambie: état d'urgence

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé