mis à jour le

Revue de presse. Des pétroliers occidentaux se détournent du pétrole algérien

L'instabilité politique héritée du "printemps arabe" et une réglementation plus contraignante incitent des compagnies pétrolières internationales à se poser la question du maintien de leur présence en Afrique du Nord, voire à envisager un départ.

La Libye et l'Algérie font partie des quatre plus gros producteurs de pétrole du continent africain et sont avec l'Egypte les principaux fournisseurs de gaz à destination de l'Europe. Mais, contrairement à ce qu'espéraient certaines sociétés occidentales, ces Etats ne se sont pas transformés en pays de cocagne. Le ratio peu favorable entre le coût de l'investissement et les bénéfices envisageables les ont incitées à se tourner vers des pays plus stables politiquement, comme la Tanzanie.

Au moins sept entreprises, dont cinq américaines, ont abandonné leurs projets, gelé leurs activités ou vendu pour plusieurs milliards d'avoirs en Libye, Algérie et Egypte au cours des 18 derniers mois.

"La situation politique a rendu les choses plus difficiles au Proche-Orient et en Afrique du Nord pour toutes les entreprises et les compagnies américaines n'ont pas d'attaches avec l'Afrique du Nord", explique John Hamilton, spécialiste de la région chez Cross-border Information, cabinet de consultants.

"Pour des compagnies comme Repsol, Eni, Total et même BP les choses sont différentes. Pour elles, ces larges réserves se trouvent sur le pas de leur porte et il est logique de s'accrocher", ajoute-t-il.

"Pour ExxonMobil, pourquoi se prendre la tête en Libye, dépenser des fortunes pour forer des puits dans une situation politique aussi complexe ? Si vous pouvez aller ailleurs et obtenir un bon retour (sur investissement) avec des risques politiques moindres, pourquoi ne pas le faire ?"

LOGIQUE DE RESTER

En Algérie, l'attaque menée en janvier contre le site gazier de Tiguentourine dans le Sahara s'est traduite par un exode des expatriés et un renforcement des mesures de sécurité.

Avant cet incident, les conditions étaient déjà peu favorables. L'Américain ConocoPhillips avait annoncé l'an passé qu'il entendait vendre son exploitation algérienne à l'Indonésien Pertamina pour 1,75 milliard de dollars.

Hess cède l'un de ses deux sites en Algérie à Cepsa et le Britannique BG Group envisage de quitter le pays. Les coûts liés à un renforcement de la sécurité n'ont pas été compensés par un assouplissement de la législation sur les hydrocarbures.

La situation n'est pas plus prometteuse en Egypte, où deux années d'instabilité politique font craindre aux entreprises que le gouvernement ne soit pas en mesure de payer pour la production de ses besoins en gaz, sans parler de permettre le développement de nouveaux gisements.

Apache a annoncé en août avoir vendu ses possessions égyptiennes à Sinopec pour 3,1 milliards de dollars, répondant ainsi aux inquiétudes des investisseurs. Mais pour ceux qui sont déjà trop investis, notamment les Européens, l'option de rester obéit à une certaine logique.

"On n'est pas en position de dire : ça ne nous amuse plus, on s'en va. Il y a des contrats, des obligations, des milliards de dollars d'investissement", note un haut responsable d'une compagnie pétrolière en Egypte.

Lu sur Reuters

The post Revue de presse. Des pétroliers occidentaux se détournent du pétrole algérien appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Occidentaux

AFP

Burkina: "attaque terroriste" sur un hôtel fréquenté par des Occidentaux

Burkina: "attaque terroriste" sur un hôtel fréquenté par des Occidentaux

AFP

Burundi: face

Burundi: face

AFP

Pour le président zimbabwéen Mugabe, les Occidentaux "déchirent le monde arabe

Pour le président zimbabwéen Mugabe, les Occidentaux "déchirent le monde arabe

pétrole

AFP

Nigeria: La justice saisit 21 millions de dollars

Nigeria: La justice saisit 21 millions de dollars

AFP

Nigeria: Saisie de la luxueuse propriété d'une ex-ministre du Pétrole

Nigeria: Saisie de la luxueuse propriété d'une ex-ministre du Pétrole

AFP

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans des affaires de corruption

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans des affaires de corruption