mis à jour le

Mali: des soldats "neutralisés" dans la ville garnison de Kati

Un groupe de militaires maliens ayant provoqué des incidents lundi dans la ville garnison de Kati, près de Bamako, a été "neutralisé", a annoncé jeudi le ministre malien de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga.

A la suite "de l'agitation créée" lundi "par un groupe de soldats et de sous-officiers à la garnison de Kati, une opération conduite par l'état-major général des armées a abouti à la neutralisation sans violence des éléments impliqués dans des évènements ayant terni momentanément l'honneur et l'image des forces armées et de sécurité", indique le ministre dans un communiqué, sans donner le nombre de soldats arrêtés.

"Toutes les armes individuelles et collectives qui étaient en possession des mutins, ainsi que celles détenues à la résidence du général Amadou Sanogo, ont été récupérées et réintégrées dans les dépôts logistiques sécurisés par les troupes déployées", ajoute-t-il.

Il annonce qu'une "procédure disciplinaire sera ouverte à l'encontre de tous les éléments impliqués dans les troubles" et que "Kati est totalement sous le contrôle de l'état-major général des armées".

La caserne de Kati était le quartier général d'Amadou Sanogo, capitaine récemment promu général et auteur d'un coup d'Etat qui, le 22 mars 2012, avait précipité la chute du nord du Mali aux mains de groupes islamistes en grande partie chassés depuis par une intervention armée franco-africaine.

Lundi, quelques dizaines de jeunes soldats proches des putschistes avaient bruyamment revendiqué, en tirant en l'air, des promotions comme celles accordées à Sanogo,  promu général en août. Ils avaient blessé un de ses proches, un officier supérieur séquestré plusieurs heures avant d'être relâché.

Dans un discours à la Nation mercredi soir, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta avait qualifié de "honteux" ces incidents à Kati et affirmé son "inébranlable détermination" à neutraliser les fauteurs de troubles au sein de l'armée.

"Que la hiérarchie prévale! Que les chefs militaires s'assument! Que la chaîne de commandement se fasse obéir ou qu'elle s'avoue impuissante (...) ce qui doit être fait le sera, et ce sans délai", avait-il dit.

Il avait également annoncé la dissolution d'un comité de réforme de l'armée présidé jusqu'en août par Sanogo.

AFP

Ses derniers articles: Au Gabon, la réouverture des Eglises sème la discorde  Le Cameroun sous le choc après le meurtre "horrible" de sept écoliers  Présidentielle aux Seychelles: victoire historique de l'opposant Ramkalawan 

soldats

AFP

Deux soldats maliens tués dans une embuscade

Deux soldats maliens tués dans une embuscade

AFP

Au Mali, putsch ou pas, rude quotidien pour les civils et soldats

Au Mali, putsch ou pas, rude quotidien pour les civils et soldats

AFP

Deux soldats français tués au Mali par une bombe artisanale

Deux soldats français tués au Mali par une bombe artisanale

ville

AFP

Tensions raciales en Afrique du Sud: une petite ville agricole prie

Tensions raciales en Afrique du Sud: une petite ville agricole prie

AFP

Nord ivoirien: la ville de Ferké croit encore

Nord ivoirien: la ville de Ferké croit encore

AFP

Coronavirus/Maroc: nouveau record de contaminations, une ville placée en quarantaine

Coronavirus/Maroc: nouveau record de contaminations, une ville placée en quarantaine

Kati

Actualités

Kati : Quand IBK met un général au pas

Kati : Quand IBK met un général au pas

Actualités

Révolte militaire

Révolte militaire

Autre Presse

Le ministre malien de la Justice va rencontrer les chefs de juridictions de Bamako et Kati face

Le ministre malien de la Justice va rencontrer les chefs de juridictions de Bamako et Kati face