mis à jour le

Madagascar : deux Français soupçonnés de trafic d'organes tués par des émeutiers (gendarmes)

Deux hommes français soupçonnés de trafic d'organes ont été tués ce jeudi matin par une foule d'émeutiers sur l'île touristique malgache de Nosy Be, théâtre de violences depuis la veille, a indiqué la gendarmerie. "Les émeutiers (...) ont procédé à une chasse à l'homme contre des +vazaha+ (ndlr : les étrangers européens en langue malgache), ce qui a abouti à la mort de deux vazahas", a déclaré à l'AFP l'adjoint du commandant de la gendarmerie, le général Guy Bobin Randriamaro. "Les deux étrangers sont des Français", a ajouté cet officier.

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

Madagascar

AFP

Coronavirus

Coronavirus

AFP

A Madagascar et

A Madagascar et

AFP

A Madagascar confinée, la messe de Pâques du père Pedro... en voiture

A Madagascar confinée, la messe de Pâques du père Pedro... en voiture

français

AFP

Niger: la sécurité des Français au Sahel va être renforcée, annonce Macron

Niger: la sécurité des Français au Sahel va être renforcée, annonce Macron

AFP

Niger: l'armée traque les hommes armés qui ont tué huit personnes, dont six Français

Niger: l'armée traque les hommes armés qui ont tué huit personnes, dont six Français

AFP

Six Français tués par des hommes armés au Niger

Six Français tués par des hommes armés au Niger

trafic

AFP

RDC: l'ONU réclame "des efforts" contre le trafic des ressources naturelles

RDC: l'ONU réclame "des efforts" contre le trafic des ressources naturelles

AFP

Mauritanie: le trafic internet perturbé par un incident sur un câble sous-marin

Mauritanie: le trafic internet perturbé par un incident sur un câble sous-marin

AFP

En Afrique de l'Ouest, le trafic de faux médicaments reste un fléau

En Afrique de l'Ouest, le trafic de faux médicaments reste un fléau