mis à jour le

Affaire de vente clandestine de carburant : le procès renvoyé au 23 octobre

L'ajournement s'est imposé à cause de la présence de trois prévenus faisant l'objet d'un mandat d'arrêt depuis plus d'une année qui ont été arrêtés par la police et présentés pour la première fois à l'audience. Pour la troisième fois consécutive, le pôle pénal spécialisé près le tribunal d'Alger a renvoyé, hier, le jugement de l'affaire de contrebande de carburant, dans laquelle sont poursuivies 24 personnes, en majorité des employés de Naftal, parmi lesquelles 18 sont en détention depuis près d'une année. Si lors de la dernière audience, le report a été décidé en raison de l'absence des avocats de trois prévenus, hier, l'ajournement s'est imposé à cause de la présence de trois prévenus faisant l'objet d'un mandat d'arrêt depuis plus d'une année et qui avaient été arrêtés par la police et présentés pour la première fois à l'audience. Ils étaient considérés comme étant en fuite, puisqu'en plus des poursuites pour «contrebande de carburant» et «détournement de deniers publics», les mis en cause sont accusés du «délit de fuite».  «Nous n'avons pas encore pris connaissance du dossier de nos mandants. Nous vous demandons de nous donner un délai pour examiner son contenu», a lancé la défense des prévenus arrêtés. Le tribunal a donc décidé du report pour permettre aux avocats nouvellement constitués de prendre connaissance des faits reprochés à leurs clients. En fait, cette affaire remonte au début de l'été 2012, lorsque les services de police ont reçu des informations concernant de nombreux camions-citernes qui sortaient clandestinement la nuit de la station Naftal de Caroubier, à Alger, pour alimenter quelques stations-service privées de la capitale. En clair, il s'agissait, selon le dossier judiciaire, de vente clandestine de quantités considérables de carburant de Naftal. L'enquête va mettre en évidence l'implication de 24 personnes, dont, 18 ont été placées en détention provisoire. Parmi les mis en cause, pour la plupart des employés de Naftal, se trouvent également des patrons de stations-service et des agents de sécurité, tous poursuivis pour «constitution d'association de malfaiteurs» dans le but de commettre des crimes, «dilapidation de deniers publics» et «abus de fonction».  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

affaire

AFP

Zimbabwe: la Première dame citée dans une affaire de trafic d'or

Zimbabwe: la Première dame citée dans une affaire de trafic d'or

AFP

En Egypte, le climat de peur autour d'une affaire de viol menace le #metoo local

En Egypte, le climat de peur autour d'une affaire de viol menace le #metoo local

AFP

Affaire Drareni: le président Tebboune accuse RSF de vouloir "déstabiliser" l'Algérie

Affaire Drareni: le président Tebboune accuse RSF de vouloir "déstabiliser" l'Algérie

carburant

AFP

Maurice: le temps presse pour pomper le carburant du bateau échoué

Maurice: le temps presse pour pomper le carburant du bateau échoué

AFP

Le Zimbabwe gronde contre la hausse des prix du carburant et le régime

Le Zimbabwe gronde contre la hausse des prix du carburant et le régime

AFP

A court d'électricité, de carburant et d'argent, l'été galère des Libyens

A court d'électricité, de carburant et d'argent, l'été galère des Libyens

procès

AFP

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

AFP

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

AFP

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo