mis à jour le

Mauritanie: désaccord sur le report des élections

Le pouvoir et l'opposition en Mauritanie ont suspendu mercredi leur dialogue sur l'organisation des élections législatives et locales de novembre, à la suite d'un désaccord sur la durée du report de ces élections, a appris l'AFP auprès des deux parties.

Le pouvoir "nous a suggéré aujourd'hui un report des élections de 15 jours seulement, nous l'avons rejeté et nous nous sommes séparés sur un désaccord avec l'espoir de voir les choses évoluer dans les 24 heures", a affirmé Mohamed Ould Moloud, négociateur en chef de la Coordination de l'opposition démocratique (COD, une dizaine de partis).

Selon lui, "le pouvoir doit suspendre son agenda unilatéral et faire du report la conséquence d'un accord politique sur les conditions nécessaires pour des élections consensuelles et apaisées et non le contraire".

"Nous avons besoin d'un temps suffisant pour parachever le recensement qui doit atteindre un niveau acceptable, auditer le fichier électoral, amender les lois afférentes au vote", a-t-il ajouté.

Un membre de la délégation du pouvoir du président Mohamed Ould Abdel Aziz a affirmé que la propostion d'un report de deux semaines était "posée dans le cadre d'un dialogue appelé à se poursuivre".

Aucune indication n'a été donnée sur l'éventualité d'un nouveau rendez-vous pour la poursuite de concertations qui viennent de subir leur premier accroc depuis leur lancement lundi.

Ces pourparlers sont les premiers entre les deux parties après des années de rapports conflictuels.

Lundi, un des chef de la COD, Jemil Ould Mansour du parti islamiste Tewassoul, avait indiqué à l'AFP que le report du scrutin devait être débattu.

Mercredi matin, le porte-parole de la délégation du pouvoir, le député Sidi Mohamed Ould Maham, avait indiqué à l'AFP que les deux parties avaient "largement discuté" de plusieurs questions, citant l'organisation matérielle des élections, les organes de supervision électorale, la neutralité de l'Administration et la supervision politique du processus.

La COD menaçait de boycotter les élections législatives et locales jusqu'à ce qu'elles soient décalées d'octobre à novembre pour permettre à l'opposition d'y participer, selon une source officielle.

Le premier tour de ces élections a ainsi été fixé au 23 novembre, un éventuel second tour au 7 décembre.

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: un ancien Premier ministre lance son parti  100% Afrique: trois soirées de musiques urbaines  Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo 

report

AFP

Angola: report du vote final d'une loi controversée sur l'avortement

Angola: report du vote final d'une loi controversée sur l'avortement

AFP

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

AFP

"Biens mal acquis": décision sur un éventuel report du procès Obiang

"Biens mal acquis": décision sur un éventuel report du procès Obiang

élections

AFP

RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections

RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections

AFP

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

AFP

Gambie: l'armée soutient le  président Jammeh défait aux élections

Gambie: l'armée soutient le président Jammeh défait aux élections