mis à jour le

Beyou ciel :

La chanteuse Beyou Ciel

Depuis son retrait de la scène il y a 23 ans, Beyou ciel s'est mariée et est une mère heureuse de 4 enfants. Convertie en 1998, elle a décidé de consacrer sa vie à l'Église. Devenue Évangéliste, elle rappelle qu'elle est avant tout chanteuse. Et que chanter c'est évangéliser deux fois. Entretien avec la chanteuse.

AFRIQU'ÉCHOS MAGAZINE(AEM) : Vous revenez avec un album, le tout premier de votre carrière. Si vous nous en parliez un peu plus.

BEYOU CIEL(B.C) : Ce premier album s'intitule Amour fou Lova. Mon amour pour le Seigneur, et pour mon prochain. Un album fait pour relater ma nouvelle vie. Mon album compte 10 chansons. Le Frère Albert Nzau a composé deux chansons, mon producteur Lolo Mutima aussi deux chansons, et 6 chansons composées par moi-même. Dino Vangu est intervenu pour la guitare solo pour deux chansons et Ramazani pour le reste des chansons. Brice Malonga a assuré la programmation.

AEM : Quels messages entendez-vous faire passer à travers ces cantiques ?

B.C. : Le message de révolte pour changer de vie. Passer de la souffrance au pouvoir. Le message de l'amour du prochain. Le message de l'amour dans le couple.

AEM : Un mot sur la promotion, à votre niveau, même si celle-ci est surtout l'affaire de votre producteur.

B.C. : À mon niveau j'entreprends des tournées dans les églises, je multiplie les émissions télé et les interviews et Facebook m'aide beaucoup.

AEM : Êtes-vous une artiste comblée ? Quelle est votre plus grande satisfaction ?

B.C. : Oui, je suis une artiste comblée. Ma satisfaction est de refaire mon métier dans de bonnes conditions, avec un producteur sérieux et déterminé à me remettre sur les rails et de me faire découvrir à ceux qui ne m'ont pas connue. Bref, je me sens revalorisée.

AEM : Quelles sont les étapes de votre carrière qui vous ont le plus marquée ?

B.C. : Avoir eu le privilège d'intégrer Afrisa à l'époque, et le succès planétaire de la chanson Marina.

AEM : Qu'avez-vous retenu de votre parcours dans l'Afrisa aux côtés de Tabu Ley ?

B.C. : Tabu Ley est un professeur en chant. Il m'a beaucoup appris. Et l'Afrisa était une université de la musique. Il y a une différence selon que l'on sort d'une université ou d'une école secondaire.

AEM : Et de la tournée que vous avez effectuée avec lui en Europe et en Amérique ?

B.C. : Cette tournée m'a permis de découvrir le monde, de chanter devant des publics cosmopolites et d'asseoir ma notoriété.

AEM : Peux-t-on savoir ce qui vous a séparés ?

B.C. : C'est un appel de Dieu. Car, je ne me sentais pas non plus à ma place. Étant née et ayant grandi dans une famille chrétienne, ce milieu était tout à fait incompatible avec mon éducation.

AEM : Un bref rappel de votre itinéraire avant d'intégrer l'Afrisa International ?

B.C. : J'ai grandi dans la vie de l'église avec mes parents et je chantais dans une chorale à Kintambo. Suite à certaines difficultés financières rencontrées par mes parents à l'époque, je me suis vu obligée d'arrêter mes études pour travailler. Un de nos locataires me présenta auprès de The Best où j'agrémentais les soirées à l'ex Hôtel Intercontinental. Puis un soir, où nous avions joué chez un ministre de l'époque, Tabu Ley me remarqua grâce à ma chanson Marina. Il demanda à mes parents la permission de m'intégrer dans l'Afrisa après le départ de maman Mbilia Bel.|Entretien réalisé par Jossart Muanza(AEM)

JPEG - 82.9 ko
Beyou Ciel en compagnie de son producteur Lolo Mutima

AFRIQUECHOS.CH

Ses derniers articles: Angola : le général Bento Kangamba accusé de trafic sexuel au Brésil  Congo : 27ème édition de la journée nationale de l'arbre  Sondage : des cinq pays africains qualifiés au Mondial 2014, qui peut créer la surprise ? 

ciel

AFP

Dans le ciel du Kenya, l'inlassable chasse aux criquets pélerins

Dans le ciel du Kenya, l'inlassable chasse aux criquets pélerins

AFP

Dans la rue de Dakar, un musée

Dans la rue de Dakar, un musée

AFP

Libye: avec les combats qui s'éternisent, Tripoli transformée en décharge

Libye: avec les combats qui s'éternisent, Tripoli transformée en décharge

université

AFP

Afrique du Sud: les étudiants se mobilisent pour une université gratuite

Afrique du Sud: les étudiants se mobilisent pour une université gratuite

AFP

Une université écossaise va rendre au Nigeria un bronze pillé au XIXe siècle

Une université écossaise va rendre au Nigeria un bronze pillé au XIXe siècle

AFP

A Moscou, une université pour rebâtir l'influence russe en Afrique

A Moscou, une université pour rebâtir l'influence russe en Afrique

musique

AFP

Le Sénégal pleure Thione Seck, roi du mbalax et seigneur de la musique sénégalaise

Le Sénégal pleure Thione Seck, roi du mbalax et seigneur de la musique sénégalaise

AFP

RD Congo: la Gécamines, de la petite musique du déclin

RD Congo: la Gécamines, de la petite musique du déclin

AFP

Un label américain propage la musique du Sahel grâce au smartphone et WhatsApp

Un label américain propage la musique du Sahel grâce au smartphone et WhatsApp