mis à jour le

Yahya Jammeh (droite) avec son homologue ghanéen, février 2013 / Reuters
Yahya Jammeh (droite) avec son homologue ghanéen, février 2013 / Reuters

Les nouvelles élucubrations homophobes de Yahya Jammeh

Selon le sulfureux président gambien, les gays sont une menace pour l'existence humaine.

Yahya Jammeh, le dictateur gambien, a une obsession: les gays. Cela commençait à faire longtemps qu’on ne l’avait pas entendu sur la question.

Dans son pays, il a mis en place un véritable système d’exception et de terreur à l’encontre des homosexuels, au point qu’il est devenu leur bête noire. Le «fou de Banjul» n’en manque pas une pour cracher sa haine contre les homos, les envoyer en prison ou pour carrément les condamner à mort. Mais surtout il se fait un malin plaisir de le faire savoir à la communauté internationale (qui, curieusement, ne bronche pas trop non plus).

Ainsi, il a profité de la tribune de la dernière Assemblée générale des Nations unies, à New York, fin septembre, pour sortir une énième ineptie à l’encontre des gays.

«L’homosexualité sous toutes ses formes, en plus d’être un péché, est une offense contre Dieu et une menace pour l’existence humaine», a-t-il déclaré, avec tout le sérieux du monde.

Le site d’information sud-africain The New Age revient sur ces déclarations, en rappelant que Yahya Jammeh ne s’est pas contenté d’attaquer les gays. Il a aussi tancé l’Occident qui, selon lui, «veut promouvoir l’homosexualité». Il est manifestement le seul à comprendre ce qu'il veut dire. Et, franchement, on se passerait bien de comprendre ce que toutes ses élucubrations signifient.

Car ce type qui se traîne partout, un exemplaire du Coran à la main droite et une baguette de magicien vaudou et des chapelets étranges de l'autre, fait davantage penser à un mauvais féticheur qu'à un homme d'Etat capable d'avoir la moindre réflexion sérieuse sur la marche du monde et les évolutions des sociétés. Et il va bien falloir que quelqu'un lui dise de se taire, s'il ne sait rien dire d'autre que des horreurs sur des êtres humains comme lui. On ne peut pas pas brandir le Coran à tout bout de champ et penser qu'il y a des êtres humains (donc y compris les LGBT) qui n'en sont pas. Ça n'a pas de sens.

Yahya Jammeh ne réussit même pas l'exploit d'être un guignol lambda. Au moins parce que les guignols, eux, font rire. Ses propos sont absurdes, pathétiques et dangereux. Les dernières déclarations de celui qui est au pouvoir en Gambie depuis 1996 montrent bien que les gays sont loin d'être une menace pour l’existence humaine. Bien au contraire, c’est lui qui est un véritable danger public.

L’on se souvient qu’en 2008, il avait donné un ultimatum de 24 heures à tous les gays pour quitter le pays, au risque de se faire couper la tête. Et il ne plaisantait pas, puisqu’il avait ajouté que si vous êtes homosexuel et que vous êtes en Gambie, alors «vous êtes au mauvais endroit». Au moins sur ce point, on est d’accord avec lui.

Raoul Mbog

Raoul Mbog

Raoul Mbog est journaliste à Slate Afrique. Il s'intéresse principalement aux thématiques liées aux mutations sociales et culturelles et aux questions d'identité et de genre en Afrique.

 

 

Ses derniers articles: Les femmes de Boko Haram sont aussi dangereuses que les hommes  Le problème avec les gens qui veulent «sauver l'Afrique»  Bienvenue en enfer 

Yahya Jammeh

Home sweet home

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

Dictateur

En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines

En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir les poches pleines

Politique

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

homophobie

LGBTQ

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

LGBT

L'Ouganda ne sera jamais la Mecque africaine des homosexuels

L'Ouganda ne sera jamais la Mecque africaine des homosexuels

Homophobie

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

dictateurs

Election présidentielle américaine

Pour certains dirigeants africains, l'élection de Trump n'est pas une mauvaise nouvelle

Pour certains dirigeants africains, l'élection de Trump n'est pas une mauvaise nouvelle

Abdou Semmar

Algerie: Bouteflika n'a pas tiré les leçons du printemps arabe

Algerie: Bouteflika n'a pas tiré les leçons du printemps arabe

Afrique-France

N'attendons pas grand-chose du sommet de l'Elysée

N'attendons pas grand-chose du sommet de l'Elysée