mis à jour le

L'icône "Like" de Facebook dans les locaux de la compagnie, Californie, 18 mai 2012 / REUTERS
L'icône "Like" de Facebook dans les locaux de la compagnie, Californie, 18 mai 2012 / REUTERS

Si vous ne voulez plus de Bouteflika, cliquez sur «J'aime»

Une pétition circule sur Facebook pour réclamer le départ du «clan» du président algérien.

En Algérie, la contestation prend parfois des chemins détournés. En l’occurrence, celui des réseaux sociaux. Le 27 septembre, un internaute algérien a lancé sur Facebook la page «Un million de signatures contre le clan Bouteflika», rapporte Algérie Focus.

Une année stratégique se profile pour le pays, selon le site. Elections ou prolongation du mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika, l’avenir politique de l’Algérie est en jeu.

Mais les citoyens ont l’impression que leur voix n’est pas prise en compte dans l’espace public. Alors, ils poursuivent le débat sur les réseaux sociaux, constate le site. Les analyses politiques sont  «retweetées», «partagées» et «likées», d’après Algérie Focus.

La page «Contre le clan Bouteflika» montre le désenchantement des Algériens face à un régime qu’ils considèrent comme corrompu depuis longtemps mais elle révèle aussi un espoir de changement, estime l’article.

La pétition, même si elle atteint son but, n’aura bien sûr aucune valeur sur le plan politique, rappelle le site. Mais elle a le mérite de rassembler les Algériens désabusés du régime actuel.

«Nous sommes 38 millions, ils sont combien? 1.000? 2.000? 10.000? Aussi nombreux soient-ils, nous sommes bien plus nombreux!», écrit le créateur de la page.

Comme l’a fait la Tunisie avant elle, l’Algérie s’empare des réseaux sociaux pour exprimer son mécontentement, explique l’article. La page a déjà récolté 2.000 «likes» en quatre jours d’existence.

Lu sur Algérie Focus

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: La dernière monarchie absolue d'Afrique veut interdire le divorce  Le chef du renseignement du Nigeria cachait 43 millions de dollars chez lui  Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays 

Facebook

Répression

Poster sur Facebook devient un crime sous l'état d'urgence en Ethiopie

Poster sur Facebook devient un crime sous l'état d'urgence en Ethiopie

Internet

Comment Facebook a offert une nouvelle vie à la langue peule

Comment Facebook a offert une nouvelle vie à la langue peule

Wildlife

Prudence, les braconniers utilisent les données GPS de vos photos en safari

Prudence, les braconniers utilisent les données GPS de vos photos en safari

réseaux sociaux

Internet

En Ouganda il y a du wifi gratuit, mais à condition d'aller sur les sites autorisés

En Ouganda il y a du wifi gratuit, mais à condition d'aller sur les sites autorisés

Crise politique

Au Burundi, plus personne n'a accès à Twitter, Facebook ou Whatsapp

Au Burundi, plus personne n'a accès à Twitter, Facebook ou Whatsapp

RT

C'est à Johannesburg que l'on tweete le plus

C'est à Johannesburg que l'on tweete le plus

Bouteflika

AFP

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

AFP

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

Lord of war

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain