mis à jour le

Des internautes algériens lancent une pétition contre “le clan Bouteflika” sur Facebook

"Un million de signatures contre le clan Bouteflika", est une pétition lancée sur Facebook par des internautes algériens. Y aurait-il un vent de contestation sur les réseaux sociaux algériens ?

Rumeurs, remaniement ministériel stratégique, révision de la Constitution... Il est vrai que toutes les suppositions se font autour de l'année 2014 en Algérie. Une année décisive où tout peut arriver, des élections présidentielles à une prolongation du mandat présidentiel d'Abdelaziz Bouteflika, tout a été envisagé. Qu'en pensent les Algériens ? Sont-ils dépassés ou intéressés par les coups politiques ?

Un panorama sur les réseaux sociaux montrent que les internautes ne sont pas indifférents au contexte politique. Les analyses politiques sont retweetées en masse, les diagnostics sur le santé du président ne cessent d'être partagés. Le sort politique de l'Algérie inspire même des initiatives de la société civile. Certains ont décidé de prendre parti comme ce récent groupe qui vient de lancer une page "1 million de signatures contre le clan Bouteflika", une pétition virtuelle contre les proches de l'actuel Président. Le créateur du groupe appelle les internautes à le suivre dans son initiative pour demander un changement politique, alors que les spécialistes politiques voient déjà Bouteflika encore au pouvoir. "Non à cette poignée d'hommes et de femmes. Nous sommes 38 millions, ils sont combien? 1000? 2000 ? 10 000? aussi nombreux soient-ils, nous sommes bien plus nombreux!", écrit l'initiateur de la pétition sur la page

Cette page n'aura pas vraiment de valeur face à l'Etat algérien, mais elle permet de rassembler les Algériens lassés des stratégies politiques et des interprétations contradictoires de tous les coups du fameux clan Bouteflika. L'espace de liberté que propose internet est très peu utilisé par les Algériens contrairement à leurs voisins, notamment en Tunisie, qui ont utilisé ces mêmes réseaux pour exprimer leur désarroi. Pour l'heure, le groupe n'a réuni que 221 fans, quant à la pétition elle n'est pas accessible mais le nombre de "like" augmente assez rapidement depuis la date de sa création, le 27 septembre. Pas de vent de contestation pour l'heure, mais seulement une brise qui pourrait s'exciter à tout moment.

The post Des internautes algériens lancent une pétition contre “le clan Bouteflika” sur Facebook appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

internautes

AFP

En Algérie, colère et débrouille chez les internautes privés de connexion

En Algérie, colère et débrouille chez les internautes privés de connexion

La rédaction

Algérie: les internautes sauvent la vie d'une fillette de 5 ans

Algérie: les internautes sauvent la vie d'une fillette de 5 ans

Djamila Ould Khettab

L’affaire du “baiser de Nador” : Internautes et hacktivistes continuent de se mobiliser

L’affaire du “baiser de Nador” : Internautes et hacktivistes continuent de se mobiliser

Algériens

AFP

Attaque

Attaque

AFP

Une panne géante d'internet replonge les Algériens dans "la préhistoire"

Une panne géante d'internet replonge les Algériens dans "la préhistoire"

Mode de vie

Les centre commerciaux: un lieu où les jeunes algériens «flirtent» et enlèvent le voile

Les centre commerciaux: un lieu où les jeunes algériens «flirtent» et enlèvent le voile

pétition

AFP

Côte d'Ivoire: pétition pour "la libération" de Laurent Gbagbo écroué

Côte d'Ivoire: pétition pour "la libération" de Laurent Gbagbo écroué

Asmaa El Arabi

Une pétition contre les criminels du volant rassemble 10 000 signatures

Une pétition contre les criminels du volant rassemble 10 000 signatures

Pétition

Vous n'aimez pas Bouteflika? Cliquez sur «J'aime»

Vous n'aimez pas Bouteflika? Cliquez sur «J'aime»