mis à jour le

Ils en ont marre de ce Pouvoir !

Face à la crise politique que traverse actuellement l'Algérie, «la plus grave depuis 1992», ils dénoncent tous une lutte pour le pouvoir au détriment de l'intérêt national. El Watan Week-end a donné la parole aux partis politiques et à la société civile, qui, contrairement à 2008,  ont décidé de faire entendre leur voix. - Moussa Touati. Président du Front national algérien : faire partir le Président par tous les moyens ????? Le Président ne gère plus que les intérêts de sa famille et a abandonné la gestion des affaires de l'Etat.  Il y a manifestement un plan pour provoquer une explosion sociale dans le but de pouvoir maintenir le Président dans ses fonctions. Cette poignée de fidèles estime que le Président doit rester jusqu'à son décès pour être enterré dans le carré des martyrs. Au FNA, nous estimons qu'il est aujourd'hui caduque de demander l'application de l'art.88 de la Constitution. Il faut, dans l'intérêt du peuple et de ses institutions, le faire partir par tous les moyens.   - Abderrazak Makri. Président du MSP : la classe politique n'a rien à voir avec cette course au pouvoir Nous appellons le gouvernement à être plus transparent et à dire pourquoi le Conseil des ministres a été annulé. Si c'est pour des raisons de santé, alors parlons-en, rendons le dossier médical du Président public ! Combien de temps peut-on continuer dans une situation pareille ? L'Algérie est en crise sociale, économique et politique. Il y a de quoi s'inquiéter pour les mois à venir. Nous assistons à une course au pouvoir à laquelle la classe politique n'a rien à voir.»   - Abelaziz Belaïd. Président du Front El Moustakbal : ni les partis ni le système ne sont prêts pour des élections Nous sommes à six mois de la présidentielle et il ne se passe absolument rien sur le terrain. On ne sait pas si les changements au sein du gouvernement et de l'armée sont de véritables changements. On voit bien que l'activisme des ministres ne  répond à aucun objectif. Ni les partis ni le système ne sont prêts pour des élections. Bref, le pouvoir est vacant et tout est bloqué. Il y a de quoi s'inquiéter, car même les citoyens sont désorientés.»   - Abdelouahab Fersaoui. Président du RAJ : nous devons amorcer un processus de changement Le débat est focalisé sur ce qui se passe entre la Présidence et le DRS. Or, dans ce jeu, le peuple algérien est perdant. Personne n'a intérêt à ce que l'un ou l'autre clan gagne. L'Algérie est dans une impasse et nous devons amorcer un processus de changement. C'est-à-dire faire en sorte que ces élections soient transparentes et démocratiques, contrairement à toutes celles qui se sont déroulées depuis cinquante ans. Nous avons besoin d'un Président qui soit issu de la volonté du peuple. Malheureusement - et la volonté de réviser la Constitution le prouve - il n'y a pour l'instant aucun signe clair que le gouvernement veut redonner la parole aux Algériens. Il ne lui donne même pas la possibilité de comprendre ce qui se passe, il y a une ambiguïté totale dans la gestion des affaires publiques. La société  civile, dont le RAJ fait partie, est fragilisée, mais nous essayons de résister. Il est temps pour nous de ne nous positionner, de prendre des initiatives pour nous imposer comme un véritable contre-pouvoir face au rouleau compresseur du pouvoir répressif.»    - Abdelaziz Rahabi. Ancien ministre : passer du pouvoir personnel à celui des institutions Le système produit lui-même les conditions de la crise : c'est notre mode de gouvernance qui est en cause. Le système doit se réformer et passer du pouvoir personnel à celui des institutions. Nous sommes actuellement dans le scénario de la succession de Bourguiba, avec un transfert du pouvoir du Président à son entourage. Dernier exemple de cette tentation totalitaire : le Parlement a décidé, en outrepassant ses prérogatives, de soumettre au vote 15 projets de loi parmi lesquels certains n'ont pas été validés par le Conseil des ministres. Une nouvelle violation de la Constitution. La responsabilité est collective, si nous en sommes là aujourd'hui c'est parce que la société civile a cédé lors de la révision de la Constitution de 2008. Heureusement, je crois que les partis politiques ont pris conscience de la crise, qui est une crise politique majeure, la plus importante depuis 1992. La société civile aussi, à l'image de notre initiative (contre la révision de la Constitution et la prolongation du mandat, lancée avec Ahmed Adimi et Mohand-Arezki Ferrad, ndlr), tente d'alerter l'opinion publique sur les risques de pourrissement.   - Ali Brahimi. Porte-parole du MCDL : non à la révision de la Constitution Jamais un pays n'a été confronté à la situation dans laquelle se retrouve l'Algérie aujourd'hui. Nous vivons au rythme d'un patriarche malade qui a concentré tous les pouvoirs, dans un contexte de corruption généralisée et de marasme social interne accentué. Après dix ans de déliquescence, la classe politique ne pourra pas, à elle toute seule, sortir le pays de l'ornière. C'est aux citoyens, aux patriotes de ce pays de dire : «Monsieur, vous devez partir !», «Non à la révision de la Constitution», «Non à la prolongation de votre mandat». L'Algérie doit organiser des élections libres et le problème n'est pas de savoir si elles doivent être anticipées ou non. C'est au citoyen de trouver les formes pacifiques pour une issue démocratique à cette crise.»   - Soufiane Djilali. Président de Jil Jadid : le Président doit partir immédiatement Si le clan du Président parvient à faire passer les amendements de la Constitution, qui doivent lui permettre de prolonger son mandat de deux ans, ce sera un coup d'Etat institutionnel dont les conséquences peuvent être terribles pour le pays. Bouteflika sera responsable devant l'histoire de ce qui pourrait se passer. Aujourd'hui,  nous assistons à un véritable effondrement de l'Etat et de ses institutions. Le Président est sous la coupe directe de son frère Saïd, qui gère les affaires du pays, car tout indique que malade, Bouteflika n'a plus les capacités intellectuelles pour prendre en charge la gestion de l'Algérie. Pour moi, il s'agit d'une usurpation de fonction. D'une gestion du pays par procuration dont la seule stratégie consiste à briser l'Etat algérien pour permettre au frère de rester en place le plus longtemps. Le  Président doit partir immédiatement et le plus vite serait le mieux.»   - Ahmed Adimi. Colonel à la retraite, enseignant Sciences Po : place à une nouvelle génération ! Nous vivons une situation de blocage et d'absence totale des partis politiques et de l'élite. C'est une situation difficile jusqu'à l'intérieur du pays et autour de nous à travers les tensions à toutes nos frontières. Le président est absent. Sellal continue de courir ici et là, mais ses prérogatives restent limitées. Notre initative (contre la révision de la Constitution et la prolongation du mandat, lancée avec Abdelaziz Rahabi et Mohand-Arezki Ferrad, ndlr) est ouverte à tout le monde, nous sommes des personnalités indépendantes et nous demandons des élections dans les délais fixés au départ. Nous nous opposons à l'idée qu'un président sortant révise la Constitution. Nous attendons que le Président se décide, par exemple, à annoncer sa candidature pour 2014 parce qu'il ne peut pas ajouter un jour à son mandat de cinq ans. S'il est capable de mener une campagne électorale. Il faut aller vers des élections libres et ouvertes parce que seul un Président démocratiquement élu pourra faire face à la mondialisation, aux défis intérieurs et extérieurs de l'Algérie. Ça suffit de cette légitimité révolutionnaire. Merci, vous avez beaucoup donné, laissez place à une nouvelle génération !   - Karim Tabbou. Porte-parole de l'UDS : il est fondamental de procéder au changement La situation est sérieuse et dangereuse, mais en réalité elle perdure depuis très longtemps. Elle est la conséquence d'un statu quo décidé à l'intérieur du pouvoir, qui exclut la société algérienne. Le fonctionnement  institutionnel du pays est aujourd'hui entre les mains de puissances personnelles qui se sont substituée aux institutions et qui ont décidé de ne rien lâcher. Le remaniement ministériel est symptomatique du pouvoir qui est détenu aujourd'hui par ces personnes. Elles ont démontré leur détermination et sont capables du pire. Je me refuse de personnaliser la situation actuelle. Elle est n'est pas la conséquence d'un homme mais d'un système. C'est pour cela qu'il est fondamental de procéder à un changement de société.»   - Abdelaziz Medjahed. Général-major à la retraite : la situation exige que les élites s'organisent L'Algérie ne peut et ne doit pas reposer sur un seul homme. Zighout Youcef a dit un jour à des moudjahidine : «Ce peuple est un grand peuple, sa volonté est immense, sa disponibilité permanente. Il lui faut une direction à sa dimension. Nous ne devons pas le décevoir, sinon il risque de commettre de graves erreurs.» Que font nos élites ? La situation aujourd'hui n'exige-t-elle pas qu'elles se réunissent, qu'elles s'organisent pour consolider l'Etat en faisant de la justice  ce qu'elle doit être : le ciment de la société, la colonne vertébrale de l'Etat. Toutes les  forces de ce pays doivent conclure un pacte au nom de l'intérêt national. Les citoyens aussi. Car nous ne devons pas être des sujets qui subissent mais des citoyens qui s'engagent et qui assument leurs responsabilités.»    - Yacine Zaïd. Militant des droits de l'homme : le chaos a pris des proportions inquiétantes J'ai le sentiment que nous sommes en train de perdre notre pays, que l'anarchie et le chaos ont pris partout des proportions inquiétantes. Des jeunes du MCA, rencontrés après l'incident du stade du 5 Juillet, ont menacé de brûler Alger pour venger les deux supporters morts. Il suffit d'une étincelle alors pour tout faire exploser dans ce pays ! C'est alarmant. Les élites sont démissionnaires, elles cherchent leur petit confort. Ce pouvoir n'est fort qu'à cause de nos divisions, donc, au fond, il est vulnérable. Ces gangsters qui nous gouvernent n'aiment pas ce pays. Comment peut-on continuer à vivre normalement quand on sait que l'on importe pour 60 milliards ? Comment ne pas avoir peur de la récupération que peuvent faire des délinquants ou des intégristes de la colère populaire ?   - Sélim Khazanadar. Philosophe et mathématicien : le Président devrait organiser une transition Le blocage est national et international. L'Algérie a été complètement absente des dossiers syrien, iranien et subsaharien. Dans le domaine économique, on voit bien qu'il n'y a pas d'investissements, faute de confiance et de visibilité. Le pays est complètement paralysé. Je préfère donc parler de bilan clinique plutôt que de bilan politique. Ce blocage va durer parce qu'il n'y a que des man½uvres, ni réflexion, ni stratégie. Le Président est âgé, malade, fatigué, tout le monde le sait. La sagesse voudrait, s'il avait le souci de l'Algérie, d'organiser une période de transition et de sortir par la grande porte.   - Aibek Abdelmalek. N°2 du mouvement des chômeurs : qu'il parte s'il lui reste un peu d'honneur Le front social est en ébullition, car le pouvoir ne propose pas de solutions. La maladie du président ne change rien à la réalité de la situation actuelle. C'est un échec politique. En tant que chômeurs qui tentons de sortir d'une situation de précarité dans laquelle nous sommes confinés, nous suivons avec beaucoup de détachement les événements qui ont lieu actuellement. Non, pas parce que cela ne nous concerne pas mais parce que nous savons que notre sort n'est pas lié à un homme, mais à un système. Reste que les images du président sont tragiques. Un Président que les Algériens qui avaient l'habitude de le voir sauter d'un avion à un autre, de passer d'une capitale à une autre, sont consternés de voir les images de ce vieil homme, qui n'arrive plus à parler. Il est temps que le président parte s'il lui reste un peu d'honneur.   - Ali Fawzi Rebaïne. Président d'Ahd 54 : le pays doit retourner à ses enfants Le départ ou le maintien de Bouteflika est un faux débat. C'est le soleil qu'on tente de cacher avec un tamis. Nous sommes aujourd'hui victimes des décisions de l'armée. Jusqu'à preuve du contraire, c'est l'institution militaire qui a installé, en 1999, le chef de l'Etat. Que ce soit Chadli, Zeroual ou Bouteflika, ils ont tous le même parrain : l'armée. Si aujourd'hui, nous sommes dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, ils en sont responsables. C'est aux militaires de décider s'ils veulent faire sombrer le pays dans le chaos ou mettre en place un Etat de droit. Est-ce que l'armée est décidée à arrêter de faire de la politique et de s'occuper de ce qu'elle sait faire le mieux : la défense du pays ? Il y a nécessité à ce que les forces vives de ce pays émergent et que ce pays retourne à ses enfants.»  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

pouvoir

AFP

Gambie: pourquoi Jammeh ne s'est pas accroché au pouvoir

Gambie: pourquoi Jammeh ne s'est pas accroché au pouvoir

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

AFP

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais