mis à jour le

Diplômés des ENS : le mea culpa du Ministère de l’Education

Le ministère de l'Education nationale veut réparer une « injustice ». Il promet de « prendre en charge » les enseignants issus des Ecoles normales supérieures qui n'ont pas été recrutés dans les promotions de ces dernières années.

Les enseignants spécialisés dans la technologie et la philosophie ont été désignés au poste d'enseignant du cycle secondaire et chargés de manière exceptionnelle et temporaire d'enseigner la physique dans le cycle secondaire ou la physique et les mathématiques dans le cycle moyen pour ce qui est de la spécialité technologie (mécanique, génie-mécanique, génie-civil, génie de procédés, électronique), indique jeudi un communiqué du ministère, repris par l'APS.

S'agissant des enseignants spécialisés en philosophie, ils ont été désignés pour l'enseignement de la langue arabe dans le cycle primaire. Ces mesures ont été décidées pour palier le surplus des diplômés de l'ENS pour l'année 2013, a précisé la même source.

Le ministère avait organisé en août dernier en collaboration avec les services de la Fonction publique un concours pour le recrutement d'enseignants dans les trois cycles (primaire, moyen et secondaire). La campagne a touché près de 12000 enseignants. 22000 autres fonctionnaires vont être recrutés dans les prochains jours dans les autres corps de l'Education nationale. Il s'agit notamment des corps communs et des agents d'administration, en plus de médecins et des psychologues.

E. W.

The post Diplômés des ENS : le mea culpa du Ministère de l'Education appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

diplômes

AFP

Cameroun: diplômés et candidats

Cameroun: diplômés et candidats

Larbi Amine - Lemag

L’Algérie amère

L’Algérie amère

Larbi Amine - Lemag

L’Algérie amère

L’Algérie amère