mis à jour le

Le responsable d’un laboratoire dénonce des irrégularités

Un responsable de Laboratoire des travaux publics et bâtiments (LMTPB) exerçant à Béjaïa accuse la direction des travaux publics (DTP) de la wilaya de fermer l'½il sur l'exigence, pour certains contractants, d'un agrément délivré par le ministère de tutelle (MTP). Directeur régional du LMTPB, Azzar Abdeslam avait même menacé de recourir, le 15 juin dernier, à une grève de la faim devant le siège de la wilaya avant de revenir à de meilleurs sentiments, satisfait de la réponse du wali l'informant que «les services de la direction des travaux publics ont été saisis à l'effet d'apporter les éclaircissement et précisions nécessaires». En juillet 2011, le plaignant écrit au DTP sollicitant son intervention «pour arrêter une concurrence déloyale». La requête porte sur des «constatations de la pratique des prix anormalement bas par certains laboratoires qui ne possèdent même pas l'agrément du ministère des Travaux publics». Les résultats des ouvertures de plis de quelques appels d'offres ou de consultations sont donnés pour illustrer les cas d'absence d'agréments et des prix «anormalement bas» qui, selon le plaignant, sont «en deçà de toute logique d'ingénieur». «Les prix pratiqués par les différents laboratoires résultent des appels à la concurrence et ne confèrent nullement le droit au LMTPB de juger ses confrères d'avoir cassé les prix», répond, à El Watan, Rachid Ourabah, le DTP de Béjaïa, qui ajoute que «seule la commission d'évaluation des offres de la direction des travaux publics est apte à se prononcer sur les prix pratiqués». Azzar Abdeslam a aussi écrit au président de la commission des marchés publics de Béjaïa au sujet de l'attribution, en décembre 2012, du projet de contrôle des travaux de modernisation sur 40 km du chemin de wilaya 35 à un laboratoire basé à Alger et qui «n'est pas agréé par le ministère des Travaux publics, seule source d'agréments à notre connaissance». Un autre exemple est avancé dans le même document à travers le projet de contrôle des travaux d'alignement d'un quai du port de Béjaïa. Le plaignant s'en est remis au wali, l'informant que «depuis un certain temps, la DTP a usé de certaines procédures insidieuses pour escamoter cette exigence de taille pour la sélection des bureaux de contrôle et même, parfois, en ignorant cette condition pourtant inscrite dans le cahier des charges comme condition d'éligibilité». Au sujet de l'agrément des laboratoires, le DTP dit s'en remettre à la réponse de son ministère, précisant «qu'il délivre uniquement des agréments pour les activités d'études et d'ingénierie». «Je précise que les agréments des laboratoires sont délivrés par le Centre algérien du contrôle de la qualité et de l'emballage (CACQE) qui siège au ministère du Commerce». Le responsable du LMTPB exhibe des appels d'offres lancés dans d'autres wilayas pour soutenir que «la DTP de Béjaïa est seule sur le territoire national à faire ce genre de procédés», l'accusant de confectionner «des cahiers des charges sur mesure».  

laboratoire

AFP

Ebola: le Mali reçoit un laboratoire mobile financé par l'Allemagne

Ebola: le Mali reçoit un laboratoire mobile financé par l'Allemagne

Amina Boumazza

Laboratoire Takeda en Algérie : plus de médicaments pour les Algériens ?

Laboratoire Takeda en Algérie : plus de médicaments pour les Algériens ?

Actualités

Pierre Fabre, le fondateur du laboratoire pharmaceutique, est décédé

Pierre Fabre, le fondateur du laboratoire pharmaceutique, est décédé

irrégularités

AFP

Présidentielle au Liberia: appel

Présidentielle au Liberia: appel

Actualités

Présidentielle kényane : des irrégularités qui n'altèrent pas le résultat

Présidentielle kényane : des irrégularités qui n'altèrent pas le résultat

AFP

Présidentielle kényane: des irrégularités qui n'altèrent pas le résultat

Présidentielle kényane: des irrégularités qui n'altèrent pas le résultat