mis à jour le

Le taux a baissé

Le taux d'inflation, en moyenne annuelle, a reculé à 5,9% au mois d'août dernier, contre 7,7% à la même période de l'année écoulée, a indiqué hier l'Office national des statistiques (ONS). Après un pic historique de près de 9% l'année écoulée, le taux d'inflation ne devrait pas dépasser les 4,5% à la fin de l'année 2013, selon les prévisions de plusieurs organismes, dont la Banque d'Algérie qui table sur une baisse en 2013 pour se situer autour de 4 à 5%. Un seuil tout de même inquiétant. L'ONS souligne que l'indice des prix à la consommation a connu une légère hausse (0,9%) en août dernier, une variation inférieure tout de même à celle relevée le même mois de l'année écoulée (1,2%). A l'origine de cette variation, l'ONS évoque une augmentation de 1,6% des prix des biens alimentaires tirée par un relèvement de 3,2% des prix des produits agricoles frais, notamment la volaille (20,1%) et les fruits frais 16% durant le mois d'août par rapport à juillet 2013. Les prix des produits alimentaires industriels, caractérisés notamment par des baisses modérées du sucre (0,9%) et les laits et dérivés (0,1%), ont évolué de 0,1%. Les produits manufacturés et les services ont augmenté respectivement de 0,2% et 0,5%. Corrigé des variations saisonnières, explique cet organisme public, l'indice des prix à la consommation a accusé, pour août dernier, une hausse de près de 1% par rapport au mois écoulé. Au mois d'août 2013 et par rapport au même mois de l'année dernière, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 3,2%. Cette variation est due à une hausse de 3,4% des biens alimentaires avec 4,4% pour les produits agricoles frais et 2,5% pour les produits alimentaires industriels. L'office relève que les prix des produits manufacturés ont augmenté de 1,6%, alors que les services se sont caractérisés par une «importante» hausse de (6,2%). Durant les huit premiers mois de 2013, l'indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 4,4% en raison d'une augmentation généralisée des prix des produits alimentaires agricoles et industriels, à l'exception de la pomme de terre qui a reculé de plus de 25%. Les biens alimentaires ont augmenté de 4,9% avec une hausse de 7% pour les produits agricoles frais, 2,9% pour les produits industriels, 2,8% pour les biens manufacturés et enfin 6,3% pour les services.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien