mis à jour le

Politique pharmaceutique nationale: A la recherche du juste prix

Mohammedia - C'est une règle de marketing bien connue, le sourire, ça fait vendre. Dans beaucoup d'activités, il est de rigueur et représente même la clé de la réussite et de la prospérité. Tout va avec un délicieux sourire. Une règle qui ne s'applique pas pour les pharmaciens qui officient le plus souvent dans une ambiance empreinte de gravité.

Il est, en effet, très rare de surprendre des sourires ou des rires dans une officine qui accueille le plus souvent des personnes harassée...

LeMag.ma

Ses derniers articles: Lemag.ma vous souhaite une très bonne fête de l’Aïd al-Adha  Pour maigrir, prenez du chocolat !  Un cargo 

politique

AFP

La Zambie a un nouveau président, transition politique en douceur

La Zambie a un nouveau président, transition politique en douceur

AFP

En Tanzanie, les arrestations d'opposants assombrissent l'espoir d'un renouveau politique

En Tanzanie, les arrestations d'opposants assombrissent l'espoir d'un renouveau politique

AFP

Côte d'Ivoire: questions autour de l'avenir politique de Simone Gbagbo

Côte d'Ivoire: questions autour de l'avenir politique de Simone Gbagbo

recherche

AFP

Naufrage de migrants au Sénégal: opérations de recherche de la marine

Naufrage de migrants au Sénégal: opérations de recherche de la marine

AFP

Le Soudan va remettre Omar el-Béchir, recherché pour "génocide" au Darfour,

Le Soudan va remettre Omar el-Béchir, recherché pour "génocide" au Darfour,

AFP

Afrique du Sud: Interpol lance un avis de recherche international contre les frères Gupta

Afrique du Sud: Interpol lance un avis de recherche international contre les frères Gupta

prix

AFP

RDC: le prix Nobel Denis Mukwege s'inquiète de la promotion d'un ex-chef rebelle

RDC: le prix Nobel Denis Mukwege s'inquiète de la promotion d'un ex-chef rebelle

AFP

Le mouton de l'Aïd, tradition hors de prix pour de nombreux Libyens

Le mouton de l'Aïd, tradition hors de prix pour de nombreux Libyens

AFP

A Lagos, "on n'arrive plus

A Lagos, "on n'arrive plus