mis à jour le

Un secteur

Des experts dans le domaine des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) ont mis en évidence, hier lors d'une rencontre-débat à Alger, le grand retard que l'Algérie accuse dans le secteur des TIC. Comparativement aux années post-indépendance, où le pays disposait déjà d'une base assez solide dans ce domaine, notamment en informatique, le recul et «la déliquescence qui prévalent aujourd'hui dans le secteur des TIC» sont tellement énormes qu'il serait difficile de redresser la situation. Selon Ali Kahlane, docteur en informatique fondamentale et membre es qualité du comité sectoriel de recherche scientifique et de développement technologique au ministère de la Poste et des TIC, les problèmes que connaît ce secteur ont commencé dès les années 1980, où plusieurs sociétés spécialisées en informatique ont carrément disparu. L'absence de programmes clairs et de stratégie bien définie a incité nos ingénieurs et nos techniciens à aller travailler sous d'autres cieux, ce qui a remis en cause toute tentative de numérisation de la société algérienne. Pour l'expert, un début de réveil a été constaté dans les années 2000, quand le pays a commencé à se doter d'une infrastructure technique importante, sans pour autant accorder un intérêt réel à la ressource humaine. Les contenus web n'ayant pas été suffisamment développés, c'est toute l'utilisation d'internet en Algérie qui se voit, à ce jour, reléguée et bannie des programmes prioritaires du gouvernement. Et ce n'est pas le lancement de la 3G, décidé enfin pour les quelques semaines à venir, qui est en mesure de changer la situation, en ce sens que «ce dossier a été traité de par son aspect politique» et non pas économique, soulignent les experts. Le plus important projet lancé pour la relance du secteur à travers le plan e-Algérie n'est jusqu'à présent toujours pas concrétisé sur le terrain et «aucun bilan n'est fait après ses 5 années d'existence», rappellent les spécialistes. Ils proposent, à cet effet, de moderniser d'abord les institutions de l'Etat en procédant à l'informatisation de l'administration pour amorcer une réelle relance des TIC en Algérie. La revalorisation de la ressource humaine, devrait par la suite être prise en charge pour stopper l'hémorragie que connaît le pays dans ce domaine. La mise en place, entre autres, d'un contenu web local, parallèlement à l'installation d'une infrastructure appropriée, favorisera aussi le redémarrage d'un secteur dont l'économie nationale ne profite pas jusqu'à présent.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

secteur

AFP

Côte d'Ivoire: le tourisme, un secteur

Côte d'Ivoire: le tourisme, un secteur

AFP

Mali: levée du mouvement de grève dans le secteur de la Santé

Mali: levée du mouvement de grève dans le secteur de la Santé

AFP

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

experts

AFP

Experts onusiens tués en RDC: l'ONU presse Kinshasa d'aider

Experts onusiens tués en RDC: l'ONU presse Kinshasa d'aider

AFP

Experts de l'ONU tués en RDC: un suspect en garde

Experts de l'ONU tués en RDC: un suspect en garde

AFP

La RDC enquête sur l'assassinat de deux experts de l'ONU

La RDC enquête sur l'assassinat de deux experts de l'ONU