mis à jour le

L’Istiqlal et l’USFP marchent

Voilà, c'est reparti pour un tour ! Hamid Chabat, l'homme qui s'essaie depuis son arrivée à la tête de l'Istiqlal à tous les moyens en mesure d'éjecter à jamais un gouvernement élu, reprend son offensive contre Benkirane et son parti le PJD. Après en effet une absence de plus d'un mois, le patron de la Balance revient avec la même ''rage'' qui l'anime toujours contre le patron de l’Exécutif. Mais au menu cette fois-ci : la mobilisation populaire à travers l'organisation de sit-in, marches, grèves et autres manifestations syndicales…Autrement dit, le Gouvernement Benkirane devrait, en plus d’une conjoncture des plus difficiles, s'attendre au pire avec un Istiqlal complètement ''Chabatisé''. Pour un début donc : une marche en protestation de la hausse des prix et de l’imposition d’un système d’indexation partielle sur les produits pétroliers liquides entré en vigueur depuis plus d’une semaine.

Cette première manifestation signée Istiqlal/USFP s’est tenue à Rabat. Le coup d’envoi a été donné depuis Bab El Had, qui abrite le siège mythique des Istiqlaliens, pour un rassemblement au niveau de la Place des Postes sur le Boulevard Mohamed V.

Pendant les deux heures de cette marche, soit de 16 jusqu’à 18 heures, les marcheurs ont scandé le départ de Benkirane. : ”Benkirane dégage”, ”Benkirane l’Khaounji”, ”A bas le gouvernement PJD”, ”Hada Aâr, le pouvoir d’achat des citoyens Fi Khatar”. Les manifestants ont scandé également des slogans dénonçant la hausse des prix et exigeant l’annulation du système d’indexation, deux mesures, ont-ils estimé, qui menacent directement le pouvoir d’achat des citoyens marocains. On a notamment pu entendre : “la hausse des prix est une ligne rouge”, “non à la hausse des prix”, “non à la résolution des problèmes des Caisses des retraites et de compensation sur le dos des travailleurs”…

Adil Tchikito, le député istiqlalien de Témara, devenu célèbre après son refus de participer à la cérémonie d’allégeance, s’est engagé à conduire les troupes de la Chabiba Istiqlalia. Hamid Chabat, Habib El Malki du BP de l’USFP, Abdelkrim Benatiq et Abdelmajid Bouzoubaâ, respectivement ex-SG du PT et du PS, ont été aussi de la partie.

Les cinq ânes de l’Istiqlal !

Par la même occasion, les marcheurs istiqlaliens ont fait appel à cinq ânes cravatés avec sur leurs dos des slogans pas tout-à-fait corrects. Voilà qui est un très mauvais exemple pour les jeunes marocains de la part d’un parti censé donner l’exemple en matière de manifestation populaire et encadrement politique civilisé de ses jeunes. La vulgarité de la Jeunesse du parti à l’égard de la presse, elle, n’a pas du tout honoré ce jour-là la formation d'Allal El Fassi. Celles et ceux qui se sont chargés de la couverture de cette marche en savent certainement quelque chose.

Côté organisation et chant des slogans, là aussi, le désordre a été total, permettant à n’importe qui de scander n’importe quoi. Plus expérimentés, les diplômés-chômeurs campés sur les lieux ont pu récupérer avec le temps la marche istiqlalo-ittihadienne !

Adil Benhamza, porte-parole de l’Istiqlal, a déclaré que le nombre des marcheurs a atteint 30 000, alors qu’auparavant, le SG du parti avait affirmé qu’environ un million de Marocains serait à Bab El Had pour manifester contre l’application de l’indexation par le gouvernement Benkirane. Les autorités de la capitale administrative avancent, elles, le chiffre de 6 000 marcheurs…

Placée sous le signe “Marche de la colère”, cette manifestation s’est tenue à l’appel du PI, en présence de membres de l’USFP et autres troupes de l’UGTM.

Néanmoins, la mobilisation populaire escomptée n’a pas été, elle, au rendez-vous. Benkirane, lui, sera certainement soulagé…pour l’instant !

H.Z

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Encadré :

Ils ont dit…

Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal : “le peuple marocain est mécontent, et très préoccupé par la hausse des prix des produits pétroliers. Cette augmentation était inutile et illégale, car c’est un gouvernement de gestion des affaires courantes.Nous réclamons un gouvernement pour tous les Marocains, et non

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

Rabat

AFP

L'homme

L'homme

AFP

Sahara occidental: Rabat plus ferme que jamais sur fond de lutte contre le terrorisme

Sahara occidental: Rabat plus ferme que jamais sur fond de lutte contre le terrorisme

AFP

François Hollande et Mohammed VI tirent un trait sur la brouille entre Rabat et Paris

François Hollande et Mohammed VI tirent un trait sur la brouille entre Rabat et Paris