mis à jour le

Somalie: les Etats-Unis combattent les shebab en aidant leurs alliés

Les Etats-Unis, plutôt que d'attaquer de front les shebab somaliens, ont jusque-là préféré fournir un appui discret, allant du renseignement à la formation des armées des pays qui combattent ces islamistes.

Cette tactique pourraît être remise en cause après l'attaque d'un grand centre commercial à Nairobi ce week-end, revendiquée par les shebab et qui a fait au moins 67 morts. 

Mais les autorités américaines estiment que leur stratégie s'est avérée payante, malgré ces derniers événements, et que l'attaque du centre commercial Westgate à Nairobi était justement une tentative désespérée de représailles de la part des shebab, après leurs nombreuses défaites ces derniers mois en Somalie.

L'armée américaine utilise des drones depuis des bases comme Djibouti ou Entebbe (Ouganda) pour traquer les mouvements des shebab, et des soldats des forces spéciales ont appris certaines tactiques à leurs homologues du Kenya, d'Ethiopie et de Somalie, soulignent des experts.

"C'est véritablement une approche prudente", déclare Seth Jones, un ancien conseiller pour les opérations spéciales. "La présence américaine a été minimale, en surface en tout cas".

La collecte de renseignements remis ensuite à leurs alliés régionaux représente la contribution la plus importante de l'aide américaine, estime encore M. Jones: "Les Etats-Unis collectent beaucoup d'informations et ils les partagent".

"Il n'y a pas si longtemps le gouvernement somalien ne contrôlait que quelques pâtés de maison à Mogadiscio, et aujourd'hui ils contrôlent une vaste zone dans le sud du pays", note également un officier américain s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Travail en sous-main

Les shebab sont clairement "sous pression", mais "il est clair qu'ils n'ont pas disparu", consent toutefois ce haut gradé.

L'administration du président Barack Obama n'a pas pour projet de changer radicalement d'approche sur ce dossier. Il n'est pas prévu par exemple de mener des raids aériens avec des drones, ni d'opérations avec des forces spéciales.

Depuis les attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998, et ceux du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont commencé à se créer tout un réseau logistique à travers l'Afrique de l'est. Ils sont ainsi parvenus à obtenir un accès à un certain nombre de ports et d'aéroports, alors que leur base principale dans cette zone est le dit "Camp Lemonnier", situé à Djibouti.

Environ 3.000 soldats sont déployés sur cette base, qui gère l'aide militaire et les formations dans la région. Environ 150 militaires américains sont en outre positionnés au Kenya, dont un certain nombre de formateurs, et un nombre similaire de soldats en Ethiopie, selon le Pentagone.

Celui-ci dépense des centaines de millions de dollars en soutien de la mission de l'Union africaine en Somalie, par le biais d'une aide logistique, de l'équipement, de la formation et du transport de troupes.

En revanche, contrairement au Pakistan ou au Yemen, les attaques de drones contre des militants liés à al-Qaïda en Somalie ont été très rares. Washington a préféré travailler en sous-main notamment pour éviter un retour de flamme et les comparaisons avec le déploiement chaotique en Somalie dans les années 1990.

Le fait que des assaillants dans le centre commercial de Nairobi soient semble-t-il de nationalité américaine a en tout cas élevé le niveau d'attention des Américains sur les shebab. Parce qu'il y a toujours une crainte de les voir mener des actions terroristes sur le sol américain.

AFP

Ses derniers articles: CAN-2017: les attaquants du Ghana André et Jordan Ayew, comme des jumeaux  Gambie: plus de 45.000 personnes ont fui le pays  CAN: la RDC lorgne la qualif', le Maroc au pied du mur 

Etats-Unis

Investiture

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

AFP

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

Etats-Unis

Le futur secrétaire d'Etat de Trump a une longue histoire avec le pétrole africain

Le futur secrétaire d'Etat de Trump a une longue histoire avec le pétrole africain

shebab

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie

AFP

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

AFP

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

alliés

AFP

L'Egypte et l'Arabie, alliés stratégiques, ne cachent plus leurs désaccords

L'Egypte et l'Arabie, alliés stratégiques, ne cachent plus leurs désaccords

AFP

Yémen: les rebelles Houthis et leurs alliés nomment un conseil pour diriger le pays

Yémen: les rebelles Houthis et leurs alliés nomment un conseil pour diriger le pays

AFP

Netanyahu se tourne vers l'Afrique pour trouver de nouveaux alliés

Netanyahu se tourne vers l'Afrique pour trouver de nouveaux alliés