mis à jour le

Somalie: l'ONU appelle

Le représentant de l'ONU pour la Somalie, Nicholas Kay, et le Premier ministre somalien, Abdi Farah Shirdon, ont appelé mardi à intensifier la lutte contre les islamistes somaliens après l'attaque du centre commercial à Nairobi au Kenya.

"Ceux qui sont responsables doivent répondre de leurs actes", a averti M. Farah Shirdon, lors d'une session spéciale du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU sur la Somalie.

"L'approche de l'ONU et mon approche vis-à-vis des shebab en Somalie, c'est qu'il faut intensifier nos campagnes, du point de vue militaire, mais aussi politique et pratique", a déclaré pour sa part M. Kay.

"Nous devons redoubler d'efforts sur ces trois voies", a-t-il insisté.

Pour M. Kay, il y a des raisons d'être "prudemment optimiste" vis-à-vis de la situation en Somalie, alors que le gouvernement, "crédible et reconnu sur le plan international", est parvenu à étendre partiellement son contrôle à travers le pays, grâce à la Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Mais "la sécurité reste le défi numéro un, et contrôler et mettre en échec les shebab est la clé", a-t-il ajouté, estimant que quelque 5.000 islamistes shebab sont actifs en Somalie.

L'ancien diplomate britannique, qui a estimé que l'attaque contre le centre commercial de Nairobi "n'était pas une surprise", a expliqué qu'il comptait se rendre à l'ONU à New York dans la semaine pour demander à la communauté internationale des fonds supplémentaires pour l'Amisom.

L'Union africaine a déployé en Somalie cette force de quelque 17.000 hommes (dont 3.670 Kényans), l'Amisom, qui appuie les fragiles autorités de Mogadiscio dans leur combat contre les shebab depuis 2007.

L'attaque du centre commercial Westgate a fait depuis samedi au moins 62 morts.

Mais le bilan pourrait encore beaucoup s'alourdir, une soixantaine de personnes étant portées disparues et de nombreux cadavres, selon les shebab, jonchant le sol du bâtiment.

"Cette tragédie a rapproché nos pays. Le terrorisme n'a pas de frontières", a déploré à Genève le Premier ministre somalien.

M. Farah Shirdon a aussi souligné que "la solution militaire (pour lutter contre les shebab, ndlr) à elle seule n'est pas suffisante". 

"Promouvoir l'état de droit, renforcer la coopération régionale, la stabilité économique et la distribution de services publics sont des éléments clés qui doivent venir en complément des efforts militaires", a-t-il dit, citant aussi les politiques d'emplois et l'importance d'encourager les jeunes à aller à l'école.

M. Kay a lui aussi insisté sur la nécessité de trouver des solutions pour aider à la réintégration des shebab en Somalie.

"Pour ce qui est des combattants désarmés d'Al-Shebab, Amisom continue de les recevoir malgré les ressources limitées" dont elle dispose, a expliqué pour sa part à Genève le représentant spécial du président de la Commission de l'Union africaine pour la Somalie, Mahamat Saleh Annadif.

"Le rôle de l'Amisom consiste à les garder pendant 48 heures avant de les transférer au gouvernement. Cependant, cette situation est critique et requiert une grande attention", a-t-il averti.

Lors des débats à l'ONU, le Kenya a pour sa part pris note des réformes adoptées par la Somalie pour former la police et d'autres forces de sécurité, ainsi que des réformes du secteur judiciaire. Mais le Kenya, a déclaré son ambassadeur auprès de l'ONU, John Kakonge, reste "gravement préoccupé par le fait qu'on n'arrive pas à surmonter de très nombreuses difficultés en Somalie, qui aggravent la situation en Somalie mais aussi dans la région".

"La prise d'otages (de Nairobi), qui semble avoir été menée par des groupes affiliés à Al-Qaïda, est un exemple", a-t-il dit.

 

AFP

Ses derniers articles: Mali: la paix est sur le "bon chemin"  Polisario: le Maroc demande  Le roi du Maroc en Côte d'Ivoire, après le Ghana et la Guinée 

l'ONU

AFP

Burundi: l'ONU s'inquiète d'un éventuel 4e mandat de Nkurunziza

Burundi: l'ONU s'inquiète d'un éventuel 4e mandat de Nkurunziza

AFP

Polisario: le Maroc demande

Polisario: le Maroc demande

AFP

L'ONU a besoin de 4,4 milliards de dollars contre les famines

L'ONU a besoin de 4,4 milliards de dollars contre les famines

lutte

AFP

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

AFP

Lutte contre le réchauffement: pas de retour en arrière, pour le président de la COP22

Lutte contre le réchauffement: pas de retour en arrière, pour le président de la COP22

AFP

Sénégal: hommage unanime

Sénégal: hommage unanime

shebab

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie

AFP

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique