mis à jour le

Capture d'écran chaîne marocaine 2M. HO / 2M TV / AFP
Capture d'écran chaîne marocaine 2M. HO / 2M TV / AFP

Ça ne sert à rien d'être un bon journaliste au Maroc

L'écrivain marocain Driss Ksikes dénonce l'arrestation du directeur du site d'information Lakomé, auquel la justice marocaine reproche la diffusion d'une vidéo d'AQMI.

«A quoi sert un bon journaliste au Maroc?», s'interroge l'écrivain et spécialiste des médias, Driss Ksikes. La récente affaire mêlant le directeur du site arabophone Lakomé et la justice marocaine est lourde de significations. D'après l'auteur, ce dossier comme les nombreux qui l'ont précédé, révèlent «plusieurs manifestations d’un autoritarisme, teinté de nationalisme exacerbé, qui plane à nouveau et refaçonne l’air du temps.»

Que reproche-t-on au journaliste marocain Ali Anouzla, directeur de Lakomé? Les autorités marocaines l'accuse d'avoir diffusé, par pure propagande, une vidéo virulente de 41 minutes d'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) exclusivement consacrée, pour la première fois, au roi Mohammed VI.

Pour Driss Ksikes, ces accusations participent d'une campagne liberticide contre tous les journalistes «irrévérencieux, refusant la laisse de l’autocensure.»

Il poursuit:

«les prétextes varient (Sahara, islam, monarchie, stabilité, sécurité, etc.) mais le but n’a jamais changé: faire taire, par la dissuasion policière et judiciaire, les voix les plus crédibles et les plus audibles, qui s’autorisent d’eux-mêmes et ne se soumettent pas au diktat du consensus voulu d’en haut.»

Ceux là doivent s'attendre à des paroles haineuses de la part de ceux qui défendent le système. Ali Anouzla est tantôt désigné comme la «cinquième colonne», tantôt comme un «traître de la nation». Dans ce climat, à quoi sert d'être un bon journaliste au Maroc? Driss Ksikes tente d'y répondre avec un brin d'ironie:

«Enquêter sur le business florissant des courtisans? Trop risqué. Faire découvrir les voix alternatives au Sahara? Téméraire. Mettre à nu le discours des islamistes radicaux ? Dangereux. Faire parler la mémoire des proches du sultan? Irrespectueux. Sonder les avis des gouvernés sur le roi qui gouverne? Sacrilège.»

Lu sur Maghreb blog Le Monde.fr

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

journalisme

Sexualité

Au Sénégal, la presse contribue au sentiment antihomosexuel

Au Sénégal, la presse contribue au sentiment antihomosexuel

AFP

Soudan du Sud: sous les menaces, un pilier du journalisme jette l'éponge

Soudan du Sud: sous les menaces, un pilier du journalisme jette l'éponge

AFP

Affaire Mohammed VI: deux journalistes français toujours en garde à vue

Affaire Mohammed VI: deux journalistes français toujours en garde à vue

liberté d'expression

By DAVID D. KIRKPATRICK

L'Egypte tente de rassurer les journalistes étrangers

L'Egypte tente de rassurer les journalistes étrangers

Adel Taamalli

Peut-on comparer l'affaire Dieudonné à l'affaire Dreyfus?

Peut-on comparer l'affaire Dieudonné à l'affaire Dreyfus?

Punitions

Touche pas à mon Coran!

Touche pas à mon Coran!

médias

AFP

Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures

Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures

AFP

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

RDC: RSF juge "liberticide" la nouvelle réglementation sur les médias

AFP

RDCongo: l'ONU "préoccupée" par un décret sur les médias

RDCongo: l'ONU "préoccupée" par un décret sur les médias