mis à jour le

Deux femmes du village de Ndande, Sénégal, 22 mai 2013 / REUTERS
Deux femmes du village de Ndande, Sénégal, 22 mai 2013 / REUTERS

Violences faites aux femmes: la colère sourde des Sénégalaises

Un plan d'action pour en finir avec les violences liées au genre vient d'être dévoilé.

Aminata Touré tape du poing sur la table: les violences faites aux femmes, c'est fini! Lors d’un atelier sur la prévention et la prise en charge des violences basées sur le genre, organisé le 19 septembre à Dakar, le nouveau Premier ministre sénégalais a rappelé l’engagement du gouvernement à punir les actes de violence envers les femmes, rapporte le journal Sud Quotidien.

«Mimi» Touré affirme qu’elle ne tolérera «aucune forme de violence à l'égard des femmes quel qu'en soit la cause, le mobile». Interrogée par le site, elle prévient que «la loi s'appliquera dans toute sa rigueur à tous les auteurs de violences exercés à l'encontre des femmes et des filles».

En effet, le Sénégal entend adopter les «procédures opérationnelles standard» (POS), élaborées par ONU-Femmes, l’Unfpa, l’Unicef et plusieurs autres ONG et présentées par Aminata Touré ce 19 septembre. Ces POS veulent proposer une action appropriée portant tant sur la prévention que sur la répression des violences basées sur le genre.

Ce nouveau processus répartit le rôle et les responsabilités des différents acteurs (organismes communautaires de femmes, services sanitaires, secteur juridique), énumère le site: signalement des victimes, accueil, orientation, prise en charge médico-sociale, réhabilitation…

De plus, les POS garantissent la sécurité et la confidentialité des informations rapportées par les victimes. D’après Sud Quotidien, il s’agit d’un grand pas dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

Lors de cette présentation, Sidiki Kaba, le garde de Sceaux a apporté une autre bonne nouvelle. Le pays a mis en place un nouveau dispositif des procédures pénales qui repousse le délai de prescription à la majorité de la femme. Les femmes victimes de viol pendant leur enfance, et qui n’ont pas osé porter plainte au moment des faits, pourront désormais aller en justice à l’âge adulte, précise le site.

«Il s'agit là de mettre le dispositif judiciaire au service des femmes», insiste le ministre de la Justice, pour éviter qu’elles ne subissent une «double peine» entre le traumatisme du viol et l’incompréhension des tribunaux.

Lu sur Sud Quotidien

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

violences

AFP

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

"Juste du racisme": en Afrique du Sud, les violences nourrissent les vieilles rancoeurs

AFP

Violences en Afrique du Sud: une tentative de déstabiliser l'Etat, selon le président

Violences en Afrique du Sud: une tentative de déstabiliser l'Etat, selon le président

AFP

Afrique du Sud: craintes de pénuries au 6e jour de violences

Afrique du Sud: craintes de pénuries au 6e jour de violences

femmes

AFP

Toboggan et ateliers derrière les murs de la prison pour femmes de Bamako

Toboggan et ateliers derrière les murs de la prison pour femmes de Bamako

AFP

La Libye, "enfer" pour les femmes sur le chemin de l'Europe

La Libye, "enfer" pour les femmes sur le chemin de l'Europe

AFP

Le difficile combat de Mariam Oyiza pour les femmes du nord-est du Nigeria

Le difficile combat de Mariam Oyiza pour les femmes du nord-est du Nigeria

Aminata Touré

sexisme

Les «dames de fer» n'existent que dans la tête des hommes

Les «dames de fer» n'existent que dans la tête des hommes

Atouts

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?