mis à jour le

Attaque de Nairobi: la CPI autorise Ruto

La Cour pénale internationale (CPI) a autorisé lundi le vice-président kényan William Ruto à s'absenter de son procès durant une semaine afin qu'il puisse rentrer au Kenya pour gérer la crise provoquée par la sanglante attaque d'un centre commercial à Nairobi.

"Au vu des circonstances, la chambre excuse M. Ruto des débats devant cette cour (...) pour une semaine seulement", a déclaré le juge Chile Eboe-Osuji lors d'une audience publique à La Haye, où siège la CPI. La défense avait demandé à ce que M. Ruto soit excusé deux semaines.

William Ruto, 46 ans, est le premier haut dirigeant en fonction à être jugé par la CPI, et la décision de lundi matin est la première du genre dans l'histoire de la Cour, entrée en fonction en 2003.

L'avocat de William Ruto, Karim Khan, a indiqué au juge que son client quitterait les Pays-Bas par avion vers 11H00 (09H00 GMT). "J'espère être à la maison ce soir afin d'apporter mon aide en ma qualité de vice-président", a déclaré M. Ruto à sa sortie de la CPI : "ce sont des moments très difficiles pour notre pays".

Un commando islamiste a pris d'assaut le luxueux centre commercial de Westgate à Nairobi samedi en milieu de journée. Au moins 68 personnes ont été tuées alors que les assaillants ont menacé lundi de tuer les otages qu'ils retiennent.

"William Ruto doit rentrer. Le monde aurait trouvé cela intolérable si le président et le vice-président américains n'avaient pas été là après le 11 septembre", a soutenu Karim Khan devant les juges : "et bien, ceci (l'attaque, ndlr), c'est le 11 septembre du Kenya".

Selon la décision des juges, le procès se poursuivra sans M. Ruto, mais les parties discutaient lundi matin de la possibilité d'ajourner le procès. Les juges devraient rendre une décision sur la question vers 11H30 (09H30 GMT).

Selon le représentant de l'accusation Anton Steynberg, un ajournement d'une semaine est suffisant, le temps pour M. Ruto d'organiser les équipes chargée de gérer la crise. La défense souhaite un ajournement de deux semaines.

Le vice-président et son co-accusé, un présentateur de radio, sont jugés à La Haye pour crimes de guerre pour leur rôle présumé dans les violences politico-ethniques qui avaient secoué le Kenya après l'élection présidentielle de fin 2007, faisant plus de 1.000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

Dans une requête déposée dimanche, la défense de M. Ruto demandait aux juges un ajournement du procès, afin que" M. Ruto puisse rentrer au Kenya s'occuper d'une affaire de sécurité nationale extrêmement grave et encore en cours".

"Nous espérons que les gens vont commencer à contextualiser et à prendre conscience des défis auxquels le Kenya et sa région doivent faire face ainsi que des complications provoquées par ce qui se passe ici", a déclaré lundi M. Ruto, se référant au fait qu'il doit combiner sa fonction officielle avec son procès devant la CPI.

La question de la présence de M. Ruto à son procès a déjà été évoquée à maintes reprises dans le cadre de la procédure et ne connaît pas encore, pour l'heure, son épilogue. William Ruto a en outre déjà plaidé pour que son procès ait lieu plus près de chez lui, au Kenya ou même en Tanzanie, mais cette demande a jusqu'à présent été refusée.

Le procès de M. Ruto s'était ouvert le 10 septembre à La Haye. Le 12 novembre doit aussi s'ouvrir devant la CPI le procès du président kényan, Uhuru Kenyatta, lui aussi accusé de crimes contre l'humanité.

"Le président et moi-même nous sommes engagés à être présents à la cour afin que nos noms soient lavés, mais nous devons trouver un équilibre avec nos responsabilités et les attentes légitimes de 40 millions de Kényans", a soutenu M. Ruto.

 

AFP

Ses derniers articles: Mozambique: la guerre contre l'exploitation illégale des forêts  Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats  Tunisie: la loi controversée sur les stupéfiants assouplie 

attaque

AFP

Attaque meurtrière contre l'armée au Mali, des "terroristes" neutralisés

Attaque meurtrière contre l'armée au Mali, des "terroristes" neutralisés

AFP

Huit policiers tués dans une attaque dans l'est de la Tanzanie

Huit policiers tués dans une attaque dans l'est de la Tanzanie

AFP

Attaque d'un convoi de prisonniers au Tchad: quatre militaires arrêtés

Attaque d'un convoi de prisonniers au Tchad: quatre militaires arrêtés

CPI

AFP

Violences au Kasaï: la procureure de la CPI appelle au calme

Violences au Kasaï: la procureure de la CPI appelle au calme

AFP

Le retrait de l'Afrique du Sud de la CPI "inconstitutionnel"

Le retrait de l'Afrique du Sud de la CPI "inconstitutionnel"

AFP

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

Le Kenya va "réfléchir sérieusement"

Kenya

AFP

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

AFP

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

Le Kenya enregistre ses électeurs en masse en vue des élections d'août

AFP

Le Kenya expulse un représentant du chef rebelle sud-soudanais Riek Machar

Le Kenya expulse un représentant du chef rebelle sud-soudanais Riek Machar