mis à jour le

Bejaia, à 250 kilomètres d'Alger, le 25 mars 2009. FAYEZ NURELDINE / AFP
Bejaia, à 250 kilomètres d'Alger, le 25 mars 2009. FAYEZ NURELDINE / AFP

Lettre d'une Algérienne qui se meurt de désespoir

Au chômage, Meriem dit que l'Algérie lui a fait perdre l'espoir de vivre dans la dignité.

Il est rare que le courrier d'un lecteur rivalise avec les articles d'un site d'information. Sauf quand la lettre en question a une portée plus grande. Le site Liberté-Algérie a récemment reçu un courrier de ce type. La lectrice s'appelle Meriem. Elle a 28 ans, diplômée et au chômage. Certains de ses compatriotes algériens, pris de détresse, ont choisi l'immolation. Elle, préfère les mots qu'elle couche sur une page blanche.

Elle choisit de «péter un cable», «témoigner» et «informer» les autres de son mal-être en Algérie:

«Je veux que ma voix retentisse, je veux parler pour ces jeunes, qui se donnent la mort rongés par le désespoir de pouvoir voir un jour ce pays se relever, ce pays au grand corps malade.»

Comme beaucoup de jeunes Algériens, Meriem a cru à l'école, aux diplômes et au fait que sa vie serait meilleure si elle parlait quatre langues. Bachelière à 16 ans, la benjamine n'avait aucune idée des obstacles qu'elle allait rencontrer: des contrats de quelques heures, un asservissement systématique... Concernant les expatriés étrangers qui viennent travailler pour des grandes entreprises, Meriem n'a pas beaucoup d'estime:

«Ils n'envoient jamais des gens compétents en Algérie, car elle est classée zone à grand risque, tout ceux qui y débarquent ne sont rien d'autres que des vautours aventuriers, avides de faire fortune en un temps record.»

Désespérée, Meriem ne sait plus à quelle porte frapper. Après six ans d'expérience, elle pointe au chômage pour une durée indéterminée:

«Honte à cette Algérie. J'ai 6 ans d'expérience, je parle 4 langues... et je me retrouve au chômage, j'essaye de trouver du boulot dans ma petite ville (qui n'est pas la capitale)... Vous dites l'Anem (Agence nationale de l’emploi, ndlr)? Personne ne vous reçoit. Je suis allée à l'université dans l'espoir de trouver un boulot même en tant que vacataire... dans les bureaux de l'administration je n'ai trouvé que des vieux... hideux, dont les racines pourries sont enfoncées bien au fond, des vieux dépassant la soixantaine qui boivent du café, lisent des journaux, et vous répondent avec dédain: ''allez voir ailleurs''.»

Lu sur Liberté-Algérie

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

chômage

AFP

En Afrique du Sud, chômage et méfiance entre les races au coeur des élections

En Afrique du Sud, chômage et méfiance entre les races au coeur des élections

AFP

Au Ghana, la prévention contre la migration illégale ne fait pas le poids face au chômage

Au Ghana, la prévention contre la migration illégale ne fait pas le poids face au chômage

AFP

Le nouveau président du Botswana promet de s'attaquer au chômage des jeunes

Le nouveau président du Botswana promet de s'attaquer au chômage des jeunes

Algérie

AFP

Virus: début de la première phase de déconfinement en Algérie

Virus: début de la première phase de déconfinement en Algérie

AFP

La liberté de la presse se dégrade en Algérie

La liberté de la presse se dégrade en Algérie

AFP

Coronavirus: premier décès en Algérie

Coronavirus: premier décès en Algérie

désespoir

AFP

Avec le mouvement "Black Lives Matter", le cri de désespoir des Yéménites noirs

Avec le mouvement "Black Lives Matter", le cri de désespoir des Yéménites noirs

AFP

Au Maroc, le désespoir des migrants dans un camp de Casablanca

Au Maroc, le désespoir des migrants dans un camp de Casablanca

AFP

La grève, symbole du désespoir des médecins kényans

La grève, symbole du désespoir des médecins kényans