mis à jour le

Un local du centre commercial Westgate, Nairobi, 21 septembre 2013 / AFP
Un local du centre commercial Westgate, Nairobi, 21 septembre 2013 / AFP

Attaque des shebabs à Nairobi: l'horreur racontée par des survivants

Ils ont failli y passer, ce samedi 21 septembre, au centre commercial Westgate de Nairobi. Encore sous le choc, des survivants racontent.

Il ne doit sa survie qu'à sa présence d'esprit. Umar Ahmed, 18 ans, profitait d'un agréable samedi dans un centre commercial de luxe à Nairobi lorsqu'un commando shebab a fait irruption. Le dernier bilan est de 68 personnes tuées.

«J'étais sur le toit du Westgate Mall, dans le parking» de ce centre commercial, un imposant bâtiment beige de quatre étages dans le quartier aisé de Westlands. «Soudain, j'ai entendu des cris et des coups de feu partout», raconte-t-il depuis son lit de l'hôpital MP Shah, où il est soigné pour des brûlures aux mains et à la poitrine. «J'ai eu peur. J'ai essayé de descendre les escaliers mais j'ai vu quelqu'un au contraire foncer vers les étages, j'ai fait demi-tour et me suis caché à mon tour», se souvient-il.

Il dit s'être allongé au sol, faisant le mort. L'un des assaillants s'est approché, l'a observé pendant d'interminables secondes. «Heureusement il a fini par partir, dit-il. Après un moment, la police est arrivée et nous avons été évacués.»

Selon le directeur de l'hôpital, Manoj Shah, des centaines de blessés ont été admis dans son seul établissement après l'attaque contre le Westgate, revendiquée dans la soirée par les islamistes somaliens shebab liés à Al-Qaïda.

Le retour des shebab

L'opération a été revendiquée par les islamistes somaliens al shebab liés à al-Qaida, qui ont précisé sur leur compte Twitter que «seuls les infidèles ont été visés par cette attaque». «Tous les musulmans dans le Westgate ont été évacués par les moujahidines», ont-ils affirmé. Un autre survivant, Jay, dit avoir vu les shebab rassembler des clients, leur poser des questions —probablement pour savoir s'ils étaient musulmans— et en exécuter certains.

«Ils parlaient quelque chose qui ressemblait à de l'arabe ou du somali, selon Jay. J'ai vu des personnes être exécutées après qu'on leur a demandé de dire quelque chose.»

Kenneth Kerich faisait lui aussi tranquillement ses courses lorsque les balles ont sifflé et la panique a éclaté dans des hurlements: pères de famille courant en tous sens avec leurs enfants dans les bras, fuyards à la recherche désespérée d'un abri, victimes ensanglantées et agonisantes sur le sol, les visages crispés par la peur ou la douleur.

«Soudain j'ai entendu des coups de feu et tout le monde s'est mis à courir. Je me suis allongé au sol. J'ai vu deux personnes tomber et saigner, je pense qu'elles ont été touchées par des balles», a-t-il raconté après avoir réussi à fuir le carnage.

«Au départ nous pensions que c'était la police qui affrontait des voleurs. Mais nous n'avons pas pu nous enfuir avant que les policiers n'entrent (dans le centre commercial), tirent en l'air et nous disent de sortir», d'après M. Kerich.

Sudjar Singh, employé du centre, s'en est sorti de justesse: «Les hommes armés ont tenté de me tirer dans la tête mais ils m'ont manqué. Au moins 50 personnes ont été touchées» par des balles, a-t-il estimé.

Dans sa tête, une image qu'il n'oubliera pas: le cadavre d'un enfant en train d'être évacué du centre commercial, un imposant bâtiment beige rectangulaire.

«Le petit garçon était évacué sur un caddie, il devait avoir cinq ou six ans. Il avait l'air mort», se souvient-il, les yeux rougis par l'émotion.

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Ses derniers articles: En Tunisie, la grenade est la star de l'automne  L'escrimeuse Inès Boubakri dédie sa médaille d'or à « la femmes tunisienne»  En Afrique du Sud, des élections municipales cruciales pour l'ANC 

al shebab

Prise d'otage

Les shebab, ces forcenés

Les shebab, ces forcenés

shebab

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie

AFP

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

Somalie: les shebab occupent une ville stratégique

AFP

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

attaque des shebab à Nairobi

Westgate

Pourquoi les shebab veulent se venger du Kenya

Pourquoi les shebab veulent se venger du Kenya

défaillances

Il fallait s'y attendre

Il fallait s'y attendre