mis à jour le

un projet qui divise la corporation

Invités la veille à prendre part à une rencontre régionale sur le projet d'organisation de l'établissement de la carte nationale de journaliste professionnel, tenue jeudi dernier au siège de la wilaya de Constantine, la plupart des journalistes présents, à quelques exceptions près, n'étaient pas au courant du contenu de ce projet. La commission consultative autonome mise en place par le ministère de la Communication, dont cinq membres sont d'anciens journalistes «bénévoles», présidée par le docteur Saïd Chabani, représentant le ministère, est venue dans un seul but : recueillir les propositions des membres de la corporation en vue d'enrichir le texte du projet, pour soumettre une mouture finale aux responsables de la tutelle, avant son passage devant le gouvernement. De tout le débat qui a marqué la rencontre, dont il faudra surtout retenir les côtés positifs, il ressort surtout que de nombreuses questions n'ont pas fait l'unanimité parmi les gens de la corporation. Si certains ont estimé que le texte de ce projet est une première étape pour opérer un assainissement de ce secteur, mieux organiser la corporation et mettre les employeurs devant leurs responsabilités, d'autres sont allés jusqu'à critiquer, parfois avec fermeté, des passages de ce projet. Certains présents ont même affiché une nette déception au vu des points d'interrogation restés en suspens, alors que d'autres questions évoquées n'ont pas été tranchées, laissant le champ libre à toutes les interprétations. L'on citera surtout la durée de validité de la carte de journaliste, les modalités de sa délivrance, les conditions de renouvellement, le cas des photographes non prévu par le projet et les catégories concernées par cette carte. Coups de gueule On ne cessera jamais de dire que de nombreux journalistes, notamment de la presse écrite, vivent un marasme profond, conséquence d'un situation d'anarchie qui caractérise le secteur depuis des années, avec l'entrée d'une catégorie d'employeurs sans scrupules et qu'on ne peut guère qualifier d'éditeurs, surtout qu'il n'ont pour seul but que d'amasser l'argent sur le dos des journalistes surexploités, sous-payés et sans couverture sociale. Lors de la rencontre de jeudi, la plupart des présents ont dressé un sévère réquisitoire qui a viré par moments au coup de gueule, à propos d'une situation qui perdure et qui ne fait que compromettre leurs espoirs d'avoir un emploi stable et un avenir meilleur. Des intervenants ont vivement critiqué que le texte de ce projet exige dans son article 17, l'obligation de fournir dans le dossier de demande de la carte de journaliste professionnel, une copie légalisée du contrat de travail. Ce qui fera dire à une intervenant que «la plupart des journalistes exerçant au sein de plusieurs titres privés ne pourront jamais bénéficier de cette carte, car ils ne peuvent même pas réclamer ce ''privilège'', alors que leurs employeurs leur refusent même une attestation de travail ou un simple ordre de mission».  Pour d'autres, ce projet ne fera que consacrer la discrimination entre secteurs privé et public et ce sont les employés de ce dernier qui seront beaucoup plus avantagés. Les mêmes intervenants n'ont pas manqué de dénoncer ce qu'ils considèrent comme une injustice envers les correspondants et collaborateurs réguliers de presse qui se trouvent «carrément exclus» des dispositions du projet de carte professionnelle, selon les termes de l'article 26. Ce dernier est ambigu, selon certains, puisqu'il cite le journaliste pigiste occasionnel alors que de nombreuses rédactions comptent des pigistes très actifs et réguliers. Pour le président de la commission, cette rencontre a été une occasion de prendre note de toutes les propositions et préoccupations de la corporation des journalistes qui seront soumises au ministère de tutelle. Une première étape nécessaire, diront certains, pour l'organisation d'une corporation qui exerce dans une véritable anarchie.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

projet

AFP

Nigeria: un projet d'attentat antimusulmans déjoué

Nigeria: un projet d'attentat antimusulmans déjoué

AFP

L'Angola revoit son projet de réforme interdisant l'avortement

L'Angola revoit son projet de réforme interdisant l'avortement

AFP

Tunisie: un important projet de loi bientôt au Parlement

Tunisie: un important projet de loi bientôt au Parlement