mis à jour le

Centrafrique: l'Union africaine tire la sonnette d'alarme

L'Union africaine (UA) a exhorté vendredi la communauté internationale à s'impliquer plus activement en République centrafricaine, où elle décrit la situation comme "désastreuse", et au renforcement rapide de la Force de consolidation de la paix.

"La République centrafricaine a besoin de beaucoup d'aide, la situation humanitaire y est désastreuse, nous devons tous faire plus, et tout ce qui peut être fait en ce sens est bienvenu", a déclaré à l'AFP El Ghassim Wane, le commissaire adjoint à la Paix et la Sécurité de l'UA.

Une coalition d'ex-rebelles, le Séléka, a pris le pouvoir le 24 mars, renversant le président François Bozizé au pouvoir depuis 10 ans.

Le Séléka, qui a été officiellement dissout ces derniers jours, était composé de rebelles opérant depuis 2003 dans le nord du pays, échappant alors au pouvoir central.

Les rebelles ont été accusés de pillage et de massacres, provoquant également le déplacement de 180.000 personnes, durant leur prise de pouvoir et l'installation de leur chef Michel Djotodia comme chef de l'Etat.

Sur le terrain, une force panafricaine essentiellement policière et militaire, la Mission internationale de soutien en Centrafrique (Misca), composée pour le moment de 1.100 hommes, doit à terme passer à 3.652 hommes venant de pays voisins, mais leur déploiement traîne en longueur.

Une réunion sur le renforcement de la Misca est prévue mercredi à New York, en marge de l'assemblée générale des Nations unies, mais "les 3.600 hommes qui sont prévus ne sont pas fournis, il n'y a pas de soutien logistique, pas de fonds", avait souligné mardi une source diplomatique française.

"Nous devons nous assurer de mobiliser les troupes supplémentaires aussi vite que possible et d'envoyer la mission sur place", a plaidé vendredi M. Wane.

L'UA cherche de nouveaux soutiens dans cette mission, financée en partie par l'Union européenne (UE).

"Nous travaillons déjà avec l'UE, qui contribue financièrement", a-t-il dit. "Pour mettre en place une mission, il faut toujours un soutien international en matière de logistique et aussi de financement, c'est ce à quoi nous travaillons", a ajouté M. Wane.

Jeudi, le président français François Hollande a discuté à Bamako avec les présidents du Gabon, du Tchad et du Cameroun du renforcement de la mission de maintien de la paix en RCA.

Ancienne colonie française, la Centrafrique est un des pays les plus pauvres de la planète malgré ses ressources naturelles, qui restent inexploitées, et a connu une instabilité quasi chronique ces deux dernières décennies.

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire: Ouattara veut une "forte majorité" aux législatives  Gambie: le Sénégal condamne le revirement de Jammeh  Gambie: le président sortant Jammeh rejette les résultats une semaine après