mis à jour le

Le CNPB sur la situation nationale :

Les latins avaient coutume de dire : «Errare humanum est, perseverarediabolicum», c'est-à-dire : « L'erreur est humaine, persévérer [dans son erreur] est diabolique ». Depuis l'annonce, en décembre 2009, des réformes politiques, sous la pression de la classe politique et des organisations de la société civile, nous avons tout de suite senti que les personnes commises à la tâche, pour diverses raisons, allaient tout mettre en ½uvre pour dénaturer ces réformes tant souhaitées par toutes les composantes de la société burkinabè.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington