mis à jour le

Deux hommes devant un bâtiment criblé de balles à Gao, 13 mars 2013 / REUTERS
Deux hommes devant un bâtiment criblé de balles à Gao, 13 mars 2013 / REUTERS

Comment le Nord-Mali réapprend à vivre

Les djihadistes ont été repoussés, la vie reprend son cours normal. Mais lentement. Très lentement.

Alors que le nouveau président malien IBK a célèbré sa deuxième cérémonie d’investiture jeudi 19 septembre à Bamako, la vie reprend progressivement son cours normal dans tout le pays.

L’envoyé spécial d’Europe 1 livre les impressions de son séjour actuel à Gao, neuf mois après sa première visite en janvier dans la ville tout juste reprise aux mains des islamistes. D’après lui, la plus grande ville du Nord-Mali se reconstruit progressivement.

Au lieu du marché désert et détruit par les combats qu’il avait entrevu en janvier, le visiteur découvre un lieu animé et bruyant, aux étals bien fournis.  Les femmes s’y rendent en masse. La plupart d’entre elles ont remisé le voile, obligatoire pendant la période de domination islamiste, pour retrouver «leur jupe, leur robe, leur boubou».

Autres signes qui soulignent la fin du contrôle islamiste: le journaliste raconte que la place principale de Gao où étaient pratiquées les amputations est à présent occupée par les enfants qui s’en servent comme terrain de jeux. Le bâtiment qui a servi de tribunal islamique pendant le conflit a repris sa fonction d’hôtel de ville, ajoute le reporter. Les bars rouvrent leurs portes et les prostituées, «premières à partir à l'arrivée des islamistes», sont de retour, constate-t-il.

Dans les bus, il n’y a plus d’espaces séparés pour les hommes et les femmes, qui peuvent de nouveau s’asseoir côte à côte, note également l’article.

En revanche, si l’eau courante est de retour depuis mai 2013 à Gao, les coupures d’électricité restent fréquentes, déclare le site. Suite à de nombreuses manifestations de la population depuis la libération de la ville, les autorités maliennes ont finalement envoyé des techniciens et l’électricité devrait être rétablie prochainement, souligne encore le reporter d'Europe1.

La population est durablement traumatisée. L’occupation islamiste l’a rendue soupçonneuse, constate le journaliste. Un jeune musulman très religieux a été «dénoncé comme djihadiste par ses voisins» et frappé par un gendarme, affirme l’article.

Lu sur Europe 1

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Gao

AFP

Mali: l'aéroport de Gao impraticable après un attentat jihadiste

Mali: l'aéroport de Gao impraticable après un attentat jihadiste

AFP

Mali: violente manifestation

Mali: violente manifestation

AFP

Mali: une juriste en treillis pour conseiller les troupes françaises

Mali: une juriste en treillis pour conseiller les troupes françaises

islamistes

AFP

Maroc: les islamistes remportent les législatives

Maroc: les islamistes remportent les législatives

AFP

Nigéria: face

Nigéria: face

AFP

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

crise malienne

Mali

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Fiasco

Y a-t-il un plan B au Mali?

Y a-t-il un plan B au Mali?

remake?

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012