mis à jour le

Le haut fourneau n

Au moment où les annonces officielles se multiplient sur la reprise du contrôle du complexe d'El Hadjar par le groupe public Sider, les installations de l'usine connaissent depuis plusieurs semaines des pannes récurrentes. En effet, après une explosion survenue il y a quelques jours à l'aciérie à oxygène n°1, faisant onze blessés, c'est le haut fourneau (HF) n°2 qui connaît des incidents obligeant la direction générale à le mettre à l'arrêt. «Suite à des incidents survenus sur les cowpers, installations annexes indispensables au fonctionnement du haut fourneau, la direction générale a décidé, après avoir demandé l'avis de tous les experts du groupe ArcelorMittal ainsi que les constructeurs, d'arrêter le haut fourneau n°2 et d'effectuer les réparations nécessaires», a affirmé la direction générale de l'entreprise. Cette dernière a estimé que «cette décision, qui est la meilleure option pour garantir la conservation des installations, permettra de redémarrer le haut fourneau dans de meilleures conditions d'ici la mi-novembre». ArcelorMittal Annaba a tenté de réduire au minimum le délai pour ce type d'intervention qui, habituellement, devrait se compter en mois. Pour ce faire, l'entreprise a mis à disposition du matériel nécessaire aux réparations issu des autres sites du groupe. Un plan d'action est en ½uvre pour la réparation à terme des quatre cowpers. Ainsi, des actions de réparation provisoire ont déjà été engagées sur les cowpers dans l'espoir de les faire tenir jusqu'à la mise en ½uvre du plan d'investissement qui sera financé conjointement par les actionnaires. «Cependant, ces mesures se sont avérées insuffisantes suite à l'écroulement de la couche réfractaire d'usure du cowper n°3 survenu il y a quelques jours», déplore la direction générale. Pendant cette période d'arrêt de huit semaines qui touche forcément toute la zone chaude et afin de continuer à fournir les clients, les laminoirs seront temporairement alimentés en demi-produits en provenance d'autres sites. C'est-à-dire que l'entreprise devra recourir à l'importation pour honorer ses engagements. Une réorganisation est actuellement mise en place sur le site pour accompagner cette période de travaux et de maintenance. En effet, l'ensemble de l'encadrement sera mobilisé et les employés vont être appelés, en fonction de leurs compétences, à renforcer les capacités d'intervention, à entreprendre des projets qui permettront d'améliorer la compétitivité du site ou tout simplement à consommer des reliquats de congé. Des formations seront également organisées, notamment dans les domaines de la sécurité industrielle, de la technique et de la compliance. «L'essentiel est de réaliser, durant cette période,  le maximum d'actions utiles à l'entreprise, en limitant ses dépenses. Un dialogue permanent sera maintenu avec les représentants du Syndicat et du Comité de participation», conclut la direction générale dans un bulletin interne adressé aux travailleurs.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien