mis à jour le

La LADHappelle

L'association des résidents de Canastel (Oran), qui voulait juste protéger la forêt de cette localité, a été suspendue en juillet dernier par le wali d'Oran pour« ingérence dans les affaires de l'Etat». L'association Bahia de la même ville a subi le même sort un mois après avoir obtenu du tribunal  administratif l'annulation du permis de construire d'un marché, en plein c½ur d'un espace vert. Nous saluons le militantisme des adhérents de ces deux associations Ce motif impliquerait que l'Etat est une entité à part  et la société est un ensemble d'individus,appelé à travailler, manger, dormir et exécuter les ordres  de cette  entité, et surtout ne pas s'impliquer dans la chose publique, chasse gardée de l'Etat. Cette  notion de l'Etat et sa relation avec la société a constitué, depuis l'indépendance de notre pays, une obstruction à la construction d'un Etat moderne, ayant pour mission de générer un mode de gouvernance qui assurera un développement humain durable, par la mise en place des institutions qui peuvent accueillir l'évolution du rôle de l'Etat et développer sa relation avec la société. C'est ainsi que se construisent les pouvoirs totalitaires. Non, les associations sont l'un  des creusets de la démocratie et de la participation citoyenne. Elles  jouent un rôle crucial, tantôt vigiles, tantôt force motrice pour le changement, comme elles jouent un rôle indispensable de renforcement de la cohésion sociale, de développement de l'activité et de l'emploi et de préservation des droits fondamentaux. Aucune société ne peut exister sans leur apport. La société civile n'est autre qu'une conception de l'Etat moderne, La relation  entre la société civile et l'Etat est une relation controversé qui manifeste par une influence mutuelle, ils sont indissociables parce qu'il n'y pas d'Etat sans société et pas de société sans Etat. Malheureusement cette forme de relation  entre la société civile et l'Etat dans notre pays est absente. Le gouvernement par la loi  12-06 du 12 janvier 2012 relative aux associations a entrepris de redéfinir le cadre des relations entre l'État, les collectivités et les associations, afin de codifier la rupture déjà existante entre l'Etat et société. Cette loi est antidémocratique, elle  considère les Algériens  de simples sujets, les privant de leur citoyenneté et de leur droit à participation ; elle  ne prend  pas en considération la société civile comme élément essentiel pour le développement humain durable et son rôle de facilitateur de l'interaction politique et sociale. Contraire aux conventions internationales Anticonstitutionnelle «L'Etat est fondé sur les principes  démocratiques» (article 14 de la Constitution) « Les institutions ont  pour finalité d'assurer l'égalité en droits et devoirs de tous les citoyens et citoyennes en supprimant les obstacles qui entravent l'épanouissement de la personne humaine et empêchent la participation effective de tous à la vie  politique économique, sociale et culturelle» (article 31) «Le droit de créer des associations est garanti. L'Etat encourage l'épanouissement du mouvement associatif.» (article 43) Les décisions prises  en application de cette loi ont fixé le cadre institutionnel et réglementaire, les prémices nous interpellent tous. On ne peut  pas assister passivement à la disparition d'un nombre sans cesse croissant d'associations, alors que celles-ci constituent l'un des piliers de notre vie démocratique,  sociale,  civique et culturelle. C'est pourquoi  la Ligue algérienne des droits de l'homme (LADH) demande:aux associations, réseaux d'associations, organisations, fondations, les syndicats, les partis politique, les journalistes, d'affirmer qu'ils ne laisseront pas détruire sans réagir le tissu associatif de notre pays. De lutter contre les politiques délibérées de certaines collectivités et de l'Etat visant à réduire le nombre d'associations. La LADHdemande au gouvernement de: - Réaffirmer publiquement le droit des algériens à exercer leur droit à la liberté d'association tel qu'il est énoncé dans les conventions internationales et la constitution algérienne. - Elargir le cadre de réflexion sur l'amélioration du cadre légale des associations. - Mettre fin aux man½uvres bureaucratiques qui minent la liberté d'association, notamment la délivrance de récépissé. - Revoir la loi sur les associations de façon à restreindre les critères de création et les critères en vertu desquels une association peut être interdite. - Encourager  la participation citoyenne pour donner une place centrale au citoyen dans la vie politique, sociale,  économique et culturelle. - Restaurer le climat de confiance qui doit se traduire par la reconnaissance du  rôle de la société civile .en tant qu'instrument essentiel de démocratisation et en tant qu'élément essentielle pour le développement humain durable. LADH Boudjema GHECHIR Président Signez et faites signer largement autour de vous cet appel,

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

reconnaissance

AFP

Ouganda: la quête de reconnaissance de la communauté juive

Ouganda: la quête de reconnaissance de la communauté juive

AFP

Le nzango, jeu d'enfant congolais en quête de reconnaissance sportive

Le nzango, jeu d'enfant congolais en quête de reconnaissance sportive

AFP

Mali: "La Madine" opération de reconnaissance sous escorte française

Mali: "La Madine" opération de reconnaissance sous escorte française

associations

AFP

Tunisie: des associations réclament la fin des discriminations envers les LGBT

Tunisie: des associations réclament la fin des discriminations envers les LGBT

AFP

France: des associations appellent

France: des associations appellent

Rançonnement

Comment les Shebab se sont enrichis sur le dos des ONG

Comment les Shebab se sont enrichis sur le dos des ONG

société

AFP

France Télé accusé de diffamation par une société liée au groupe Bolloré

France Télé accusé de diffamation par une société liée au groupe Bolloré

AFP

Sénégal: le frère du président Sall démissionne d'une société pétrolière

Sénégal: le frère du président Sall démissionne d'une société pétrolière

AFP

Soudan du Sud: des membres de la société civile menacés après la visite de l'ONU

Soudan du Sud: des membres de la société civile menacés après la visite de l'ONU