mis à jour le

Mali: des groupes armés touareg, arabe et noirs s'engagent pour le dialogue

Des représentants de groupes armés touareg, arabe et noirs maliens se sont engagés, dans une déclaration commune, à unir leurs efforts pour une solution "définitive de la crise dite du nord du Mali", qui a connu 18 mois de troubles déclenchés par une offensive touareg.

"Nous, groupes armés du nord du Mali, constitués par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil de l'unité de l'Azawad (HCUA), la Coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance (CMFPR), le Mouvement Arabe de l'Azawad (MAA), (...) réaffirmons notre volonté de mettre en commun nos efforts pour la résolution définitive de la crise dite du nord du Mali", est-il écrit dans ce texte diffusé mercredi par la présidence malienne.

Le texte est daté de mardi, dernier jour de travaux de ces groupes réunis depuis le 15 septembre à Bamako. Leurs représentants ont été reçus mardi par le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Le MNLA et le HCUA comprennent majoritairement des Touareg, et le MAA essentiellement des Arabes, tandis que la CMFPR regroupe des milices Ganda Koy et Ganda Izo, comprenant surtout des communautés noires. Ces groupes ont eu des relations heurtées durant la crise qui a meurtri le Mali entre 2012 et 2013, et s'étaient pour certains combattus.

Depuis son indépendance il y a 53 ans, le Mali a connu plusieurs rébellions touareg, dont la dernière en date, déclenchée entre fin 2011 et début 2012 par le MNLA, a ouvert la voie à la crise la plus grave de l'histoire du pays. Cette crise, marquée notamment par l'occupation des régions du Nord par des groupes armés et une intervention militaire franco-africaine pour les en chasser, a duré 18 mois, jusqu'à l'élection présidentielle de juillet-août remportée par Ibrahim Boubacar Keïta.

Vivant essentiellement dans le Nord, la communauté touareg - quelques centaines de milliers de personnes sur une population totale de près de 16 millions d'habitants - s'estime écartée du développement du pays.

Dans leur déclaration, les groupes se disent "soucieux de préserver l'unité nationale et l'intégrité territoriale de la République du Mali" et "déterminés à assurer un développement socio-économique équitable et équilibré de toutes les régions", en respectant "la diversité" des communautés.

Ils annoncent la création d'"une cellule de contact et de suivi" constituée des représentants de tous les groupes armés.

Selon le quotidien national malien L'Essor, le président Keïta leur a promis d'oeuvrer "pour une résolution rapide de cette situation de crise".

"Je tiens à souligner que je ne négocierai jamais l'intégrité territoriale du Mali ainsi que l'unité nationale", leur a-t-il dit.

De même source, la délégation des groupes armés reçue par le président comprenait Ibrahim Ag Mohamed Assaleh (MNLA), Hamada Ag Bibi (HCUA), Mohamed Mahmoud El Oumrany (MAA), Harouna Toureh (bien Toureh) et Ibrahim Maïga (CMFPR). L'audience s'est déroulée en présence du Premier ministre, Oumar Tatam Ly et du ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord, Cheick Oumar Diarrah.

Auparavant, Hamada Ag Bibi avait indiqué à l'AFP que les mouvements armés s'étaient engagés à privilégier le dialogue pour trouver une solution à leurs problèmes et avaient signé un mémorandum dans ce sens, remis mardi au président Keïta.

"Nous préférons le dialogue à la guerre pour trouver une solution à nos problèmes", a-t-il ajouté.

Harouna Toureh a précisé que ce n'était "pas encore un accord signé pour régler tous les problèmes"."Mais c'est un pas, un bon pas", a-t-il dit à l'AFP.

En prêtant serment le 4 septembre, le président Ibrahim Boubacar Keïta a fixé comme "priorité la plus pressante" de son quinquennat "la réconciliation nationale".

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

armes

AFP

Centrafrique: affrontements entre groupes armés dans le centre

Centrafrique: affrontements entre groupes armés dans le centre

AFP

Libye: 4 morts dans l'attaque d'un canot de migrants par des hommes armés

Libye: 4 morts dans l'attaque d'un canot de migrants par des hommes armés

AFP

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

arabe

Géopolitique

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

AFP

Yémen: 22 civils tués dans des raids de la coalition arabe près de Sanaa

Yémen: 22 civils tués dans des raids de la coalition arabe près de Sanaa

AFP

Zimbabwe: Mugabe compare les manifestations au printemps arabe

Zimbabwe: Mugabe compare les manifestations au printemps arabe

Noirs

Discrimination

Pourquoi y a-t-il si peu d’étudiants noirs dans les programmes pour surdoués aux États-Unis?

Pourquoi y a-t-il si peu d’étudiants noirs dans les programmes pour surdoués aux États-Unis?

AFP

Tollé en Afrique du Sud après un post sur Facebook comparant les Noirs

Tollé en Afrique du Sud après un post sur Facebook comparant les Noirs

AFP

Afrique du Sud: les fermiers noirs veulent bousculer les préjugés raciaux

Afrique du Sud: les fermiers noirs veulent bousculer les préjugés raciaux