mis à jour le

On vous le dit

Inauguration à Genève du buste de l'Emir Abdelkader   Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb  Louh, présidera aujourd'hui au centre d'accueil du Comité international de la Croix- Rouge  à Genève la cérémonie officielle d'inauguration du buste de l'Emir Abdelkader, avec le président de la CICR, Peter Maurer, a indiqué hier un communiqué du  ministère de la Justice. A cette occasion, M. Louh, également président de la Commission  nationale du droit international humanitaire, rencontrera le président de la CICR pour aborder les sujets relatifs au renforcement des relations historiques de coopération entre les deux parties, précise-t-on de même source.  L'inauguration du buste de l'Emir Abdelkader à Genève représente «une  reconnaissance internationale franche de la pensée, des valeurs et des principes de l'Emir qui s'est illustré en 1860 par son intervention pour sauver de la mort des milliers de chrétiens», souligne le communiqué. L'Emir fut aussi l'un des fondateurs et des défenseurs des droits internationaux humanitaires avant même l'avènement des traités internationaux, tout comme il fut le fondateur de l'Etat algérien, le négociateur et le diplomate chevronné, ajoute la même source.   Changements intrigants à l'ENPI Des changements pour le moins surprenants ont été opérés au sein de la direction générale de l'Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI). Le directeur général de cette entreprise publique, A. Guellati, a procédé à des changements brusques qui suscitent diverses interprétations. Il a en effet mis fin aux fonctions du directeur général adjoint par intérim, au responsable de l'audit et de la comptabilité ainsi qu'à deux autres employés de la direction. Ces changements qui ont surpris des employés et cadres au sein de cette entreprise interviennent quelque temps après l'éviction du directeur général d'Alger-Est, sur instruction du ministre de l'Habitat, en raison de graves problèmes avérés dans la gestion du parc immobilier dont dispose cette direction à Bab Ezzouar. Près de 600 enfants albanais confinés à domicile pour échapper à la vendetta Près de 600 enfants albanais n'iront pas à l'école à la rentrée scolaire, lundi, car ils vivent retranchés chez eux   pour échapper à la vendetta, «la vengeance par le sang», a déclaré à l'AFP Gjin Marku, un responsable d'une ONG locale. Cinq cent quatre-vingt-dix enfants, âgés de 3 à 15 ans, seront obligés de rester enfermés dans leur foyer dans l'espoir d'échapper aux effets de cette loi du XVe siècle qui exige systématiquement la «vengeance du sang par le sang», selon la même source. Aux termes de cette loi, tous les membres masculins d'une famille, y compris les bébés de quelques mois, sont susceptibles d'être victimes d'une vengeance quel que soit leur degré de parenté avec le meurtrier. Cette tradition meurtrière touche surtout les régions montagneuses dans le nord de l'Albanie, mais elle est également répandue dans les villes, le centre et le sud du pays.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien