mis à jour le

Le rapport de la commission est-il prêt ?

La commission chargée de préparer le projet de révision de la Constitution a-t-elle remis son rapport au président Bouteflika ? Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, répond par l'affirmative. Mais un membre de cette instance dément. Et la confusion s'installe. S'exprimant en marge d'une rencontre organisée, hier à Alger, en hommage au défunt poète syrien Soulaymane Al Aïssa, Abdelmalek Sellal a affirmé que la commission en question a achevé son travail. «La commission chargée de la révision de la Constitution a achevé son travail et a rendu son rapport au président de la République», a-t-il dit, précisant que le président Bouteflika «examinera le rapport en question et pourrait, après avoir fait des remarques, le renvoyer à la commission». «Le Président doit maintenant l'étudier et faire ses remarques. Il ressaisira la commission, bien sûr, pour prendre en charge, éventuellement, ses remarques», ajoute-t-il. Selon le Premier ministre, aucune décision n'est prise pour le moment concernant la révision de la Loi fondamentale du pays. «Jusqu'à présent aucune décision n'a été prise sur la révision constitutionnelle. C'est au chef de l'Etat d'en décider au moment opportun», a-t-il déclaré. Dans une déclaration à la presse, Faouzia Benbadis, membre de cette commission d'experts, soutient le contraire. Selon elle, la commission «a bien avancé dans son travail et qu'elle est en train de finaliser le projet qui sera remis au président à sa demande». Et de marteler : «Le rapport n'a pas été remis au Président.» Conseil des ministres : la date n'est pas fixée Abordant la question de la tenue du Conseil des ministres qui ne s'est pas réuni depuis décembre 2012, Abdelmalek Sellal confirme qu'«une réunion de cette instance est prévue. Mais la date de sa tenue n'a pas encore été fixée», soulignant que plusieurs projets de loi seront abordés lors de ce Conseil, notamment la loi de finances pour 2014. A l'ouverture de la session d'automne du Parlement, le 2 septembre dernier, Abdelmalek Sellal avait déclaré que «le Conseil des ministres n'est pas nécessaire pour le moment». Cependant, faute de Conseil des ministres, le gouvernement a été contraint d'annuler la loi de finances complémentaire (LFC 2013) et de laisser en stand by de nombreux autres projets de loi, dont celui sur l'ouverture de l'audiovisuel. Interrogé sur la date prévue pour la reprise des activités du président de la République, toujours en convalescence, il rappelle encore une fois qu'il est en contact permanent avec le chef de l'Etat et qu'il le rencontre «parfois 3 à 4 fois dans la même journée». «En quoi le déroulement des séances de travail avec le président de la République au siège de la Présidence ou en son domicile pourrait-il poser problème ?», s'interroge-t-il.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

rapport

AFP

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

AFP

Corruption au Nigeria: nouveau rapport accablant contre Shell

Corruption au Nigeria: nouveau rapport accablant contre Shell

AFP

Réélection de Bongo au Gabon: un rapport de l'UE pointe des "anomalies"

Réélection de Bongo au Gabon: un rapport de l'UE pointe des "anomalies"

commission

AFP

Attaque de la prison de Kinshasa : une commission enquête annoncée

Attaque de la prison de Kinshasa : une commission enquête annoncée

AFP

Burundi: une commission créée pour réviser la Constitution

Burundi: une commission créée pour réviser la Constitution

AFP

Gambie: l'ONU dénonce l'intervention au siège de la Commission électorale

Gambie: l'ONU dénonce l'intervention au siège de la Commission électorale

prêt

AFP

L'Egypte obtient un prêt de 2 milliards de dollars

L'Egypte obtient un prêt de 2 milliards de dollars

AFP

Le Soudan du Sud prêt

Le Soudan du Sud prêt

AFP

Tchad: "Le peuple prêt pour le changement", selon un chef de la société civile

Tchad: "Le peuple prêt pour le changement", selon un chef de la société civile