mis à jour le

Le départ de Benaïssa surprend les cadres du secteur de l’agriculture

L'«éviction» de Rachid Benaïssa du gouvernement n'a pas laissé sans réaction les professionnels du secteur qui ne trouvent pas d'explication «rationnelle» à son départ. Même si les choix rationnels ne riment pas toujours avec les «méandres» de la politique, le fait de procéder à un changement dans un secteur économique aussi stratégique que l'agriculture devrait répondre principalement au souci d'apporter une meilleure visibilité pour le secteur, une continuité dans les performances réalisées, mais surtout une stabilité à même de rassurer l'ensemble des intervenants dans les différentes filières agricoles. Il faut dire, à ce propos, que le ministre sortant, un fin connaisseur du secteur depuis les années 1980, a réussi à faire retrouver aux agriculteurs cette volonté de renouer avec l'activité agricole en toute confiance, notamment après avoir assaini le dossier du foncier. Son action visait essentiellement à se rapproprier la terre et à assurer l'indépendance alimentaire. La politique de «renouveau agricole» lancée à son arrivée en 2008 n'a pas tardé, d'ailleurs, à porter ses fruits puisque le secteur agricole a enregistré, durant les quatre dernières années, une croissance moyenne de 13,8% par an. Bien que le pays reste encore dépendant des importations, l'agriculture algérienne a évolué aussi bien pour les céréales que pour les autres produits agricoles de large consommation. Pour cette dernière catégorie, un système de régulation a été également mis en ½uvre pour lutter contre les différentes formes de spéculation sur ces produits, notamment la pomme de terre, et assurer par là même les intérêts des agriculteurs.  En 2010, pour la première fois depuis 1967, l'Algérie a exporté de l'orge vers la Tunisie. Certes, «l'événement» était perçu alors comme étant beaucoup plus une action symbolique, mais sa réussite promettait déjà la remise en marche, à moyen terme du moins, de la machine exportatrice. Pourquoi alors change-t-on une équipe qui gagne ? Abdelwahab Nouri, le nouveau ministre en charge désormais du secteur agricole, reconnaît d'ailleurs «les résultats encourageants enregistrés dans le domaine de l'agriculture ces dernières années». Il a indiqué, lors de son installation à ce nouveau poste, qu'il s'attellera à «assurer surtout la continuité du travail accompli jusque-là, afin de garantir le développement du secteur ainsi que la sécurité alimentaire, synonyme de souveraineté nationale». Pourquoi alors n'a-t-on pas alors laissé celui qui a réalisé le travail poursuivre tout simplement sa mission ?

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

cadres

AFP

CAN-2017: le Ghana annonce une pré-liste de 26 joueurs avec tous les cadres

CAN-2017: le Ghana annonce une pré-liste de 26 joueurs avec tous les cadres

AFP

Rwanda: libération d'un des cadres des FDU

Rwanda: libération d'un des cadres des FDU

AFP

Côte d'Ivoire: trois cadres du parti de Gbagbo placés en détention

Côte d'Ivoire: trois cadres du parti de Gbagbo placés en détention

secteur

AFP

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

Au Nigeria, le secteur aérien est dans la tourmente

AFP

Togo: le secteur du phosphate

Togo: le secteur du phosphate

AFP

Afrique: le secteur minier frappé de plein fouet par la chute des cours

Afrique: le secteur minier frappé de plein fouet par la chute des cours