mis à jour le

Les infractions de plus en plus nombreuses

En dépit d'une baisse, le nombre d'infractions relevées dans la restauration durant l'été 2013 par les services de contrôle du ministère du Commerce demeure «élevé», selon les responsables concernés. Défaut d'hygiène, rupture de la chaîne de froid, produits périmés sont les principales infractions, relevées à travers les grandes villes du pays par les contrôleurs du ministère. Au total, plus de 2400 infractions ont été constatées dans les restaurants durant les trois mois de l'été 2013 (juin, juillet et août), en baisse par rapport à la même période en 2012 avec plus de 2600 infractions. 210 restaurants ont été fermés par les services de contrôle de la qualité et de la répression des fraudes durant l'été 2013, contre 220 durant la même période en 2012. Ces fermetures sont intervenues à l'issue de 12 000 visites de contrôleurs effectuées de juin à août 2013, selon la même source. Ces interventions ont conduit à l'établissement de 2300 procès-verbaux de poursuites judiciaires, contre 2600 en 2012. «Le nombre des infractions enregistrées cet été reste élevé, malgré la légère baisse par rapport à l'été 2012», note Abdelhamid Boukahnoun, directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce. A chaque saison estivale, les services de contrôle renforcent leur dispositif en mobilisant des moyens humains supplémentaires pour contrôler notamment les commerces spécialisés dans la restauration et particulièrement la restauration rapide (fast-foods etc.). Si la nature de ces infractions est diverse, le défaut d'hygiène est relevé dans les cuisines des restaurants et autres fast-food à 80%, selon M. Boukahnoun. Parmi ces infractions figurent également le non-respect de la chaîne du froid, de la date de péremption des produits alimentaires et le défaut de certificat médical périodique exigé par la loi pour le personnel de la restauration. «Le nombre d'infractions liées notamment à l'hygiène augmente chaque année. Le défaut d'hygiène dans les cuisines est une infraction systématiquement relevée malgré les effort fournis par nos services de contrôle pour la réduire», a souligné pour sa part Noureddine Laaour, directeur de la qualité au ministère du Commerce. Pour M. Laaour, ces mauvais résultats s'expliquent par le manque de formation des restaurateurs, dont la priorité est l'aspect lucratif au détriment de l'hygiène et de la qualité de service dans le secteur en Algérie.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien