mis à jour le

Zimbabwe: Mugabe veut intensifier le programme d'"indigénisation"

Le président zimbabwéen Robert Mugabe s'est engagé mardi à peser de tout son poids pour intensifier sa politique d'"indigénisation" et "d'émancipation" économique visant à contraindre les investisseurs étrangers à céder aux partenaires locaux leurs participations majoritaires dans des filiales implantées au Zimbabwe.

"Le programme d'indigénisation va redoubler d'intensité", a prévenu le président fraichement réélu à 89 ans pour un nouveau mandat de cinq ans, en inaugurant la nouvelle session parlementaire.

Au pouvoir depuis l'indépendance en 1980, M. Mugabe a ainsi promis de faire des entrepreneurs zimbabwéens "des actionnaires importants de l'économie nationale". 

A charge pour le gouvernement, a-t-il dit, de "généraliser le processus d'indigénisation et d'émancipation économique".

La loi controversée "d'indigénisation", entrée en vigueur pour la première fois en 2010, visait à contraindre les sociétés étrangères à céder 51% de leurs participations à leur partenaires locaux.

Son application est pour l'instant limitée au secteur minier, les détaillants formant le prochain secteur visé.

Les détracteurs de cette législation affirment qu'elle ne profite qu'aux amis du pouvoir et aura pour effet de décourager l'investissement étranger à un moment où l'économie du pays est minée par un chômage massif.

La politique d'"indigénisation" entamée en 2007 vise plus précisément les entreprises étrangères valorisées à au moins un demi-million de dollars.

Celles-ci doivent céder 51% de leur capital: 10% aux salariés, 10% à un fonds de développement des infrastructures dans les environs et 31% à un fonds souverain national.

Le chef de l'Etat s'est par ailleurs déclaré "prêt à travailler" avec d'autres pays y compris "ceux qui étaient en froid jusqu'ici avec nous".

Il continuera toutefois à "exiger la levée immédiate et inconditionnelle des sanctions" imposées par certains pays accidentaux.

Les relations avec ces pays sont tendues depuis l'élection présidentielle de 2002 jugée frauduleuse par les observateurs étrangers.

AFP

Ses derniers articles: Esclavage en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauront tarder" assure un ministre  La star de Liverpool Salah soutient une campagne pour les droits des femmes en Egypte  Sept cultivateurs tués dans le nord-est du Nigeria, Boko Haram soupçonné 

Mugabe

AFP

Zimbabwe: Mugabe parti, Mnangagwa prêt

Zimbabwe: Mugabe parti, Mnangagwa prêt

AFP

Zimbabwe: les anciens combattants appellent

Zimbabwe: les anciens combattants appellent

AFP

Les scénarios possibles de la sortie de Mugabe

Les scénarios possibles de la sortie de Mugabe

programme

AFP

Le roi du Maroc "mécontent" du retard dans le programme de développement d'Al-Hoceima

Le roi du Maroc "mécontent" du retard dans le programme de développement d'Al-Hoceima

AFP

Programme chargé pour Macron au Mali

Programme chargé pour Macron au Mali

AFP

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo

Le FMI approuve un programme de prêts de 241 millions de dollars au Togo